1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Interview de la semaine

Capitaines, hissez haut !

L'histoire de la navigation est marquée par de nombreux événements dramatiques. A Elsfleth, petite ville du Nord de l'Allemagne, une école forme de futurs capitaines de navire pour éviter les accidents.

Le naufrage du bateau de croisière Costa Concordia au large des côtes italiennes est l'une des pires catastrophes en la matière. Cet accident, qui ne provient pas uniquement de la négligence du capitaine, a montré combien la formation du personnel d'un bateau est importante.

Navigation auf Schiffen

Une formation à la carte

Stina Menzel et Julia Koenecke attirent la curiosité parmi les étudiants de l'école d'Elsfleth. Elles sont deux jeunes femmes dans un domaine traditionnellement occupé par les hommes. Et ce n'est pas parce qu'elles proviennent de familles de marins.

Après l'obtention du baccalauréat, elles ont décidé de suivre une formation de capitaine. Stina Menzel, 24 ans, a rencontré auparavant un capitaine de navire qui lui a raconté son expérience : « Son témoignage était fascinant et je me suis dit : je vais essayer de monter en mer »
 

Apprendre à piloter

La formation a l'air facile mais dans la pratique, elle est bien compliquée. Les étudiants apprennent à piloter de grands navires tel que le Costa Concordia. Ils apprennent aussi à diriger une équipe et à réagir vis-à-vis des passagers en cas de danger.

Navigation auf Schiffen

Capitaine, ce n'est pas qu'un métier d'homme

Ce sont surtout les six premiers mois de la formation qui sont déterminants. Ils sont réservés à des essais en haute mer.
Thorsten Löffler explique pourquoi ;  il fait partie de l'équipe d'encadrement : « Nous avons voulu programmer tout cela au premier semestre afin que ceux qui ne s’en sentent pas capables puissent arrêter en même temps au lieu de perdre du temps. Six mois d’essai, ce n’est pas si grave pour une jeune personne »
 

Se préparer à des situations d'urgence

Au fur et à mesure interviennent des exercices plus difficles impliquant des notions à mettre en oeuvre dans des situations compliquées telles que les techniques de sauvetages en haute mer et en eau froide, les premiers secours et la responsabilité sociale pour les coéquipiers et les passagers. Des cas où le capitaine abandonne ses responsabilités sont à éviter. Un défi énorme pour Stina Menzel : « Je crois que c’est seulement en situation qu’on peut voir comment on réagit. Naturellement, on ne peut jamais prévoir ça à 100%. Mais je pense qu’on est au moins bien préparé pour. »

Symbolbild Kompass Richtung Reisen

Un métier pour lequel mieux vaut avoir le compas dans l'oeil

Sortir directement d'école et monter aux commandes d'un navire ... cela s'accompagne de beaucoup de battements de coeur. Julia Koenecke : « Même après trois années supplémentaires on ne se sentirait toujours pas prêt. Mais un ancien étudiant qui a terminé depuis deux ans m’a dit ceci : « Julia j’ai eu le même sentiment que toi mais à bord, on peut toujours encore apprendre des collègues plus expérimentés. » Et ça ne fait que me rassurer. »

Julia Koenecke et Stina Menzel viennent de terminer leur formation. Elles ont le feu vert pour piloter tout bateau de croisière. Après trois années d'expérience en mer, elles auront leur objectif à portée de main, le grade de capitaine. 

Auteurs : Jessica Holzhausen et Fréjus Quenum
Edition : Aude Gensbittel

Audios et vidéos sur le sujet