1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Côte d'Ivoire : le nombre alarmant de cas de grossesses à l'école

La ministre ivoirienne de l’Education nationale, Kandia Traoré, a menacé de "punir et radier sévèrement les auteurs" de grossesses précoces dans le milieu scolaire ivoirien. Les auteurs sont souvent des enseignants.

Écouter l'audio 01:21

"Il faut des lois pour protéger les filles" (Mariama Moussa, activiste nigérienne)

En Côte d’Ivoire, le rapport publié mardi par les autorités sur les cas de grossesses précoces en milieu scolaire est accablant. En effet, pour l’année académique 2016-2017, 4.471 cas de grossesse ont été recensés par le ministère ivoirien de l’Education nationale. Parmi les victimes, on trouve aussi des mineures âgées de 9 à 14 ans. Et ceux qui les mettent enceintes sont souvent des enseignants. Des enseignants qui n'hésitent pas à profiter de leur autorité pour monnayer des notes contre des services sexuels.

Ce phénomène est aussi présent dans d'autres pays africains. Au Niger, même si l’ampleur de la pratique n’atteint pas celle de la Côte d’Ivoire, on note aussi des cas d’enseignants qui engrossent des mineurs. Mariama Moussa est présidente d’une ONG, à Niamey, qui vient en aide aux femmes victimes de violences: "SOS femmes et enfants victimes de violences familiales". Elle plaide, par ailleurs, pour l’adoption et l’application de lois coercitives contre les enseignants qui se rendent coupables de tels actes. 

 

 

Cliquez sur l'image pour écouter  l'interview
 

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !