1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Côte d’Ivoire : la "grande muette" n'est plus muette

Des soldats mutins ont à nouveau pris d’assaut ce matin les principales artères d'Abidjan. Ils réclament le paiement de leurs primes. L'opposition accuse le président Ouattara.

Écouter l'audio 02:56

" Nous appelons à la formation d’un gouvernement d’union nationale et de transition pour permettre à notre pays de retrouver la stabilité" (Pascal Affi N’guessan)

Le mouvement  de ce vendredi est survenu quelques jours après la grogne d'ex-rebelles démobilisés à Bouaké. Ces derniers avaient annoncé jeudi à la radiotélévision ivoirienne qu’ils renoncent à leurs revendications financières. Il faut rappeler que lors de leur mutinerie en janvier, les soldats s'étaient vu promettre une prime de 12 millions de francs CFA pour retrouver le calme. Ils n'en ont obtenu que cinq millions, soit 7 500 euros. Les sept millions restants devraient leur être versés à partir de ce mois de mai, d'où cette nouvelle révolte. Mais ces promesses n’auraient pas dû être faites par le président Allassane Dramane Ouattara, fulmine Pascal Affi N'Guessan, le président du FPI, le Front Populaire Ivoirien. D’autant que le pays traverse une crise financière aiguë, due à la baisse du prix de la fève de cacao dont la Côte d’Ivoire est le premier producteur mondial :

Elfenbeinküste | Präsident Alassane Ouattara spricht während der offiziellen Zeremonie der Verkündung der dritten Republik der Elfenbeinküste nach dem Referendum über eine neue Verfassung (REUTERS/T. Gouegnon)

Le président Ouattara avait rappelé jeudi que la "stabilité de la Côte d'Ivoire a été mise à mal" et les événements avaient "effrayé les Ivoiriens, ceux qui veulent investir et visiter le pays".

" On refuse de voir que le pays est en crise, qu’il faut des mesures politiques plus courageuses et qu’il faut s’asseoir autour d’une même table pour négocier de l’assainissement de l’environnement politique, économique et social. C’est pourquoi, nous avons appelé à la formation d’un gouvernement d’union nationale et de transition de manière à ce que la Côte d’Ivoire  reparte sur des bases nouvelles dans la paix et la stabilité " 

La société civile ivoirienne agacée

Bien qu'il trouve légitime les revendications des soldats ivoiriens, le président de l’Observatoire ivoirien des Droits de l’Homme (OIDH) Eric Aimé Semian, critique la méthode utilisée pour les exprimer:

Pascal Affi N'guessan, le président du FPI fustige le manque de réalisme politique du président Allassane Ouattara.

Pascal Affi N'guessan, le président du FPI fustige le manque de réalisme politique du président Allassane Ouattara.

  " Nous ne comprenons pas que dans une République organisée, les militaires se lèvent, contestent, prennent les biens des honnêtes gens, tirent, terrorisent et traumatisent la population. On a l’impression qu’en face, la réaction des autorités est molle. Elle est fébrile. Alors pourquoi est-ce que pour les militaires, on est très pressé de satisfaire leurs revendications et pour les fonctionnaires, les autres corps de métiers, enseignants, personnel de santé, etc…on ne le fait pas. Cette politique de deux poids deux mesures également nous inquiète" 

La plupart des soldats mutins sont d’anciens rebelles dont s’était servi le président Alassane Dramane Ouattara pour arriver au pouvoir. C’est pourquoi de nombreux observateurs accusent Guillaume Soro, l’actuel Président de l’Assemblée nationale ivoirienne, de tirer les ficelles, puisque c’est lui qui était leur chef politique, jusqu’à la chute de Laurent Gbagbo en 2011.

Le président de l'Assemblée nationale, Guillaume Soro est accusé d'être derrière cette série de mutinerie.

Le président de l'Assemblée nationale, Guillaume Soro est accusé d'être derrière cette série de mutinerie.

Rappelons que les mutins avaient aussi investi le centre de Bouaké, la deuxième ville du pays et épicentre de la mutinerie de janvier. La plupart des commerces, écoles, l'université et même un commissariat et la préfecture de police ont été fermés, selon plusieurs sources. La situation est similaire  à Korhogo et Odienné dans le nord.

En  janvier dernier, la mutinerie avait paralysé plusieurs villes, notamment Abidjan. Des affrontements avaient fait quatre morts à Yamoussoukro, la capitale politique.

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !