Cédéao : la création d’une monnaie unique en 2020 est-elle réaliste ? | Tous les contenus | DW | 02.03.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Arbre à palabre

Cédéao : la création d’une monnaie unique en 2020 est-elle réaliste ?

Écouter l'audio 30:00
Now live
30:00 min

Le 21 février 2018, à Accra, les dirigeants des pays membres de la Cédéao, la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest, ont réaffirmé leur intention de créer, d’ici à 2020, une monnaie unique, dénommé, "Eco ".

Dans son discours introductif, le président ghanéen Nana Akufo-Addo s’est montré particulièrement enthousiaste. Selon le président du Ghana, "l’introduction d’une monnaie unique en Afrique de l’Ouest va aider à supprimer les barrières commerciales et monétaires, réduire les coûts de transaction, dynamiser l’activité économique et accroître le niveau de vie des habitants de la région".

D'après les conclusions de ce sommet, la création de cette union monétaire doit passer préalablement par une convergence des économies de la région, avec des critères à respecter, tels qu’un déficit public ne dépassant pas 3 % du PIB et un taux d’inflation inférieur ou égal à 5 %. Parmi les nouveautés figurent notamment "le recentrage et la réduction des critères de convergence de onze à six", ainsi que "la création d’un Institut monétaire de la Cedeao en 2018, pour fédérer et rationaliser les multiples institutions existantes", d’après les déclarations de Mahamadou Issoufou. 


Rappelons que le PIB de la Cédéao est estimé à 628 milliards de dollars avec une population de 350 millions d'habitants. Les pays membres de cette communauté créée en 1975 utilisent des monnaies différentes : huit d’entre eux, rassemblés au sein de l’UEOMOA, l'Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine, utilisent le franc CFA. Il s’agit du Bénin, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, de la Guinée-Bissau, du Mali, du Niger, du Sénégal et du Togo.

Sept autres pays utilisent leur propre monnaie : l’escudo pour le Cap-Vert, le dalasi pour la Gambie, le cédi pour le Ghana, le franc guinéen pour la Guinée, le dollar libérien pour le Libéria, le naira pour le Nigeria et le léone pour la Sierra Leone. Problème ? Toutes ces monnaies ne sont pas convertibles, ce qui ne facilite pas les échanges.

Projet réaliste ?

Est-il possible dans ces conditions de créer une monnaie unique en Afrique de l’Ouest ? C’est le sujet du débat sous l’Arbre à Palabres, avec trois invités :

-Ndongo Samba Sylla, économiste Sénégalais.

Martial Ze Belinga, économiste camerounais, Panafricaniste, enseignant en économie et commerce international, chercheur indépendant en sciences sociales, co-auteur du livre Sortir de la servitude monétaire. A qui profite le franc CFA ?
Yves Amaizo, économiste Togolais, directeur général de la société MutAgile, conseil, études, investissement et financement.

Pour écouter le magazine, cliquez sur la photo ci-dessus.