1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Burundi: Nkurunziza refuse l'immunité aux ex-putschistes présumés

Le facilitateur dans la crise a suggéré par écrit à Pierre Nkurunziza d’accorder une immunité à ceux qui sont accusés d’être impliqués dans le coup d'état manqué de mai 2015. Cette lettre est datée du 27 février dernier.

Écouter l'audio 03:01

"Tant que Pierre Nkurunziza ne sera pas acculé, il ne va jamais négocié avec l’opposition" (Charles Nditije)

 Selon Benjamin William Mkapa, cette mesure de clémence faciliterait la participation de ces opposants aux prochains rounds des pourparlers de paix inter-burundais. Mais le président burundais a opposé une fin de non-recevoir à cette demande. Dans sa réponse fin mars, Pierre Nkurunziza a expliqué que les personnes poursuivies dans le cadre de cette tentative de coup d’état n’ont pas encore été jugées par la justice. De ce fait, elles ne peuvent pas  bénéficier de mesures de grâce  présidentielle ou d’amnistie. Toutefois, à en croire son porte-parole, Jean-Claude Karerwa Ndenzako, dans la perspective de la reprise des prochaines négociations de sortie de crise, Pierre Nkurunziza a fait une série de recommandations au facilitateur, Benjamin William Mkapa:

Le général major Godefroid Niyombare prononçant son allocution à la Radio Publique Africaine (RPA) lors du putsch manqué du 13 mai 2015.

Le général major Godefroid Niyombare prononçant son allocution à la Radio Publique Africaine (RPA) lors du putsch manqué du 13 mai 2015.

"Il faut un rapatriement du dialogue au Burundi pour qu’il soit plus inclusif.  Nous demandons aussi  à la communauté internationale de se pencher sur le contentieux entre le Rwanda et le Burundi. En clair, exiger du Rwanda qu’il cesse ses actes d’agression contre le Burundi. Nous avons aussi demandé que désormais soient invités aux négociations  uniquement des partis politiques agrées au Burundi. Chose à laquelle, le facilitateur est d’accord“.

L'opposition n'est pas surprise

Les positions réitérées du président burundais, Pierre Nkurunziza n’ont pas surpris le nouveau patron du Cnared, la Plate-forme de l’opposition en exil.  C’est pourquoi, Charles Nditije en appelle à l’implication de la communauté internationale, pour faire infléchir Pierre Nkurunziza: 

Charles Nditije veut insuffler une nouvelle dynamique au Cnared

Charles Nditije veut insuffler une nouvelle dynamique au Cnared


"La communauté internationale devrait comprendre une fois pour toute que  Monsieur Pierre Nkurunziza ne va jamais accepter de négocier tant qu’il n’y aura pas suffisamment de pressions. Tant qu’il ne sera pas acculé. Non seulement, Monsieur Nkurunziza commet des crimes contre son peuple, mais ces crimes sont des crimes à tendance génocidaire“. 

Le prochain sommet de l’EAC, la Communauté d'Afrique de l'Est se tiendra fin avril à Arusha en Tanzanie. Le Burundi sera au centre du selon nos informations. Par ailleurs, l'équipe de la médiation est déjà  à l’œuvre pour convaincre les différentes parties de participer aux pourparlers de sortie de crise en cours de préparation.

 

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !