1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Burundi: "Les élections ne seront pas démocratiques…"

L'ensemble de l'opposition a décidé de boycotter les élections prévues à partir de lundi. Ecoutez aussi l'interview avec le vice-président du Burundi, Gervais Rufyikiri, refugié en Belgique, en francais ou en Kirundi.

Écouter l'audio 12:44

"Les élections ne seront pas démocratiques…" (Gervais Rufyikiri, vice-président du Burundi)

« Toute l'opposition a décidé unanimement de boycotter les élections qui ont été préparées par la Céni, la Commission électorale, et qui commencent par les communales et législatives de lundi » peut-on lire dans un communiqué signé par tous les représentants de l'opposition politique. Raison invoquée par l'opposition: « l’entêtement du président Nkuruziza ».

Dernier signe de l’entêtement du pouvoir, le parti présidentiel CNDD-FDD a boycotté cette semaine la reprise du dialogue avec ses opposants, sous l'égide de l'ONU. Une façon, estiment des analystes, de faire comprendre que les législatives et communales du 29 juin auront lieu « quoi qu'il arrive ». Plus que jamais, le pouvoir burundais semble engagé dans une fuite en avant.

Un mandat de plus qui divise

Burundi Proteste Straßenbarrikade

Les opposants estiment un nouveau mandat contraire à la Constitution

Les opposants estiment un nouveau mandat contraire à la Constitution et à l'Accord d'Arusha qui avait ouvert la voie à la fin de la longue guerre civile burundaise de 1993 à 2006. Des manifestations quasi-quotidiennes ont été émaillées de heurts entre les contestataires et la police, qui a parfois ouvert le feu à balles réelles.

Jeudi, quelque 200 étudiants qui campaient depuis le début de la contestation contre le président burundais Pierre Nkurunziza à l'extérieur de l'ambassade américaine et que la police voulait évacuer, se sont pacifiquement réfugiés dans le complexe de la représentation diplomatique.

Des hauts responsables en fuite

A quelques jours des élections législatives et communales, le régime Nkurunziza semble s'affaiblir, au vu des nombreuses défections enregistrées au sein même du camp présidentiel et du parti au pouvoir, le CNDD-FDD.

Dernier en date, le 2ème vice-président du pays, Gervais Rufyikiri. Il est arrivé la semaine dernière en Belgique, officiellement pour s’y faire soigner. Mais il a décidé de faire comme la plus part des cadres du CNDD-FDD : prendre ses distances avec le président sortant. Dans une interview qu’il a accordée à la Deutsche Welle, Gervais Rufyikiri demande explicitement à Pierre Nkurunziza de renoncer à briguer un troisième mandat alors que les violences repartent de plus belle à Bujumbura.

Ecoutez-le au micro d'Eric Topona en cliquant sur l'image.

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !