1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Burkina Faso : fin d'un règne dans la confusion

Après une semaine mouvementée, une certitude: Blaise Compaoré n'est plus à la tête du pays qu'il a dirigé pendant 27 ans. Depuis samedi matin, c'est le lieutenant-colonel Isaac Zida qui est désormais aux commandes.

Les manifestants célébrent la démission de Blaise Compaoré

Les manifestants célébrent la démission de Blaise Compaoré

Après la démission de Blaise Compaoré, la situation au Burkina Faso restait chaotique. Vendredi après-midi, le général Honoré Traoré, chef de l'état-major, avait annoncé "assumer" les "responsabilités de chef de l'Etat" du Burkina-Faso. "Le général Traoré fait parti de ces jeunes officiers qui sont intervenus à la faveur de la révolution démocratique et populaire", explique Germain Bitiou Nama, directeur de publication du journal L'Evènement au Burkina. "Mais son ascension s'est véritablement faite sous le pouvoir de Blaise Compaoré. C'est un homme de Blaise Compaoré." Une frange de la population souhaite voir au pouvoir le général en retraite, ancien ministre de la Défense et ex chef d'état-major des armées Kouamé Lougué. Dans la nuit de vendredi à samedi, un autre militaire, le colonel Isaac Zida, s'est également proclamé chef de l'Etat. Zida faisait auparavant partie de la garde présidentielle.

Les années Compaoré

C'est suite au coup d'Etat de 1987 qui s'est soldé par le meurtre de Thomas Sankara présenté comme le "père" de la révolution que Blaise Compaoré, alors capitaine dans l'armée, s'empare du pouvoir. Il a 36 ans et il se lance dans un processus dit de rectification de la révolution, visant à tourner la page des années Sankara. Il s'emploie aussi à asseoir son autorité. En 1991, il rétablit le multipartisme et met fin à onze ans de régime militaire au Burkina Faso. Blaise Compaoré parvient à se faire élire durant cette année, suite à un scrutin contesté et boycotté par l'opposition puis il se fait réélire en 1998, en 2005 et en 2010.

Aprés 27 ans de règne, le président du Burkina Faso Blaise Compaoré qui s'est imposé comme un incontournable médiateur dans les crises africaines est contraint à la démission.

Après 27 ans de règne, le président du Burkina Faso Blaise Compaoré qui s'est imposé comme un incontournable médiateur dans les crises africaines est contraint à la démission.

Blaise Compaoré s'est forgé une image de médiateur des crises sur le continent : Togo, Côte d'Ivoire et plus récemment le Mali. Sous cette image de chef d'Etat impliqué dans la résolution des conflits, il traine toutefois des dossiers compromettants. Trafics d'armes et de diamants avec les insurrections angolaise et sierra-léonaise et soutien, dans le temps, du dictateur libérien Charles Taylor. Il y a également les soupçons de son implication dans la mort du journaliste Norbert Zongo en décembre 1998.

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !