1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Bujumbura droit dans ses bottes à Genève

Le gouvernement burundais a démenti le rapport accablant de l'ONU lors de la 33ème session du Conseil des droits de l'homme à Genève. Il a aussi réfuté tout risque de génocide, assurant que les institutions l'empêchait.

Écouter l'audio 03:06

"Les institutions du Burundi ne permettront jamais qu'un tel crime (le génocide) se produise dans notre pays" (Martin Nivyabandi)

Martin Nivyabandi, le ministre burundais des droits de l'homme a dénoncé les témoignages récoltés par les experts "impossibles à vérifier". Il a réfuté le terme de milice qui désigne la ligue des jeunes du CNDD-FDD, les Imbonerakure.

Il a demandé les noms de ceux qui travailleraient avec la police et l'armée, car selon lui, le gouvernement l'ignore. Cette ligue, ce sont des jeunes qui construisent des écoles et des centres de santé, d'après Martin Nivyabandi. Le ministre s'est aussi vanté que depuis le début de l'année la paix était revenue dans le pays et que 90 000 habitants étaient rentrés volontairement au Burundi.

United Nations Himan Rights - Christof Heyns (picture-alliance/Pacific Press Agency/A. Lohr-Jones)

Christof Heyns a tendu la main au représentant de Bujumbura

En revanche, Armel Niyongere, de SOS Torture Burundi, a compté les cas de torture, plus de 1000 en quelques mois. Armel Niyongere s'est alarmé que des demandes de radiations d'avocats - dont lui-même- aient été formulées. En cause selon lui: leur collaboration avec le Comité contre la torture des Nations unies.

Une "bouée de sauvetage"

Le chef de la mission onusienne, Christof Heyns, également Rapporteur spécial des Nations Unies sur les exécutions extrajudiciaires, a demandé au ministre burundais des Droits de l'homme d'accepter la "mission d'enquête" promue par le rapport. "Ce n'est pas une menace mais une bouée de sauvetage", a-t-il prévenu.

Parmi les pays qui se sont exprimés à Genève, l'Allemagne et la Suisse ont plaidé pour le dialogue interburundais, le Luxembourg est partisan de la commission d'enquête souhaitée par les experts de l'ONU et le Rwanda s'est prononcé en faveur d'une solution pacifique au Burundi.

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !