1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Bruxelles n'a qu'à se taire !

La presse allemande s'interroge sur le rassemblement des altermondialistes devant la Banque centrale européenne à Francfort. Elle critique également la France qui estime que Bruxelles n'a pas à lui dicter sa politique.

La France a obtenu ce qu'elle voulait, Bruxelles lui a donné plus de temps pour combler son déficit note la Süddeutsche Zeitung. Paris échappe ainsi aux mesures d'austérité. Pourtant cela n'empêche pas François Hollande, le président français, de grommeler contre les dernières recommandations de Bruxelles. La France doit accélérer la mise en œuvre de la réforme des retraites, ouvrir son marché de l'énergie et diminuer les coûts salariaux pour rester compétitive. Hollande répond que Bruxelles n'a pas à dire "à la place des Etats ce qu'ils doivent faire".

Plus de 20 000 manifestants ont participé au précédent rassemblement devant la BCE, le 19 mai.

Plus de 20 000 manifestants ont participé au précédent rassemblement devant la BCE, le 19 mai.

Die tageszeitung, s'interroge sur l'intérêt du rassemblement des altermondialistes devant la Banque centrale européenne à Francfort. Ce vendredi, à l'appel de l'organisation allemande anti-capitaliste « Blockupy », plus d'un millier de personnes se sont réunies pour protester contre la politique d'austérité en Europe. Mais pourquoi, devant la BCE ? L'an dernier, c'est bien la banque centrale qui a volé au secours de la zone euro avec son programme de rachats illimité de dette rappelle le journal. Mario Draghi à la tête de l'institution monétaire s'était à l'époque heurté à l'opposition ferme de l'Allemagne. Die tageszeitung estime que le problème ne siège pas à Francfort mais à Berlin. Ceux qui veulent vraiment sortir l'Italie, l'Espagne et la Grèce de l'appauvrissement, devraient plutôt mettre la pression sur le gouvernement fédéral. Selon le journal, l'Allemagne doit comprendre que la politique d'austérité qu'elle prône n'est pas infaillible.

Die Welt, critique l'attitude de l'Italie qui cherche à se débarrasser de ses réfugiés principalement libyens ou maliens. Rome a décidé de leur octroyer un visa Schengen, pour leur permettre de circuler librement dans l'Union européenne et une prime de 500 euros leur serait également accordée pour les inciter à se rendre en Allemagne ! Les pays riches n'ont qu'à s'en occuper ! L'Italie trahit ainsi la confiance de ses partenaires européens en cherchant à leur refiler le problème. Cela dit, le journal reconnait que les autres pays européens ne se sont pas montrés très solidaire avec l'Italie qui doit, seule, faire face à l'afflux en masse de réfugiés. Une preuve de l'échec de la politique d'asile européenne, conclut le journal.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !