1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

"Britanniques, ne nous quittez-pas!"

A trois jours du référendum historique sur le Brexit, les derniers sondages suggèrent un glissement en faveur d'un maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne, suite au meurtre jeudi de la députée pro-UE Jo Cox.

"Pas d'émotion, s'il vous plaît!", titre Die Welt. "Les Britanniques réagissent avec un certain malaise vis à vis de toutes les tentatives de les courtiser et les offensives de charme pour les persuader de rester reliés au continent poursuit le quotidien. 'Ne nous quittez pas!', a titré récemment l'hebdomadaire 'der Spiegel'.

Großbritannien Bristol Brexit Grafitto Kuss Trump und Johnson

A Bristol , une peinture murale montre Boris Johnson,(à dr.) ex -maire de Londres et partisan d'une sortie de l 'UE embrasser le candidat républicain à la présidence américaine, Donald Trump favorable à une sortie de la Grande- Bretagne de l'UE

Des partisans de l'Union européenne, français, allemands ou espagnols inondent les réseaux sociaux avec des photos de gens sympathiques qui brandissent des pancartes où l'on peut lire 'We will miss you'(Vous nous manquerez !) , 'Hug a Brit' (Embrassez un Britannique !) ou bien 'Please don't go'(S'il vous plaît, ne partez pas !).

England London Brexit Frau mit Union Jack - Vote Leave

A Londres, sur le pont Westminster, une partisane du Brexit agite l'Union Jack

Dans le meilleur des cas, le Britannique moyen se montre irrité face à de tels appels, voire méfiants. Il se demande : Sont- ils désespérés à ce point sur le continent ? Peut-être, ne s'agit-il pas de notre sort, mais de celui de toute l'Union européenne ? Si c'était le cas, alors tout parlerait pour un Brexit! souligne l'éditorialiste : Car qui veut rester membre d'un club au bord de la faillite?!?"

Les plans d'Erdogan pour bétonner le Parc Gesi à Istanbul

Plusieurs journaux commentent la décision du président turc Recep Tayyip Erdogan de relancer ses plans d'urbanisation pour le parc Gezi , l'un des rares espaces vert d' Istanbul…

Il y a trois ans déjà, alors que Erdogan était encore Premier Ministre, ces plans avaient soulevé une énorme vague de manifestations d'opposants, brutalement réprimée.

Türkei Ankara Präsident Tayyip Erdogan

Le président turc Recep Tayyip Erdogan n'a pas renoncé à ses projets d'urbanisation dans le parc Gesi

Bilan de cette répression policière: pas moins de 7.500 blessés et quatre morts. Le projet initial prévoit d'édifier la réplique d'une caserne ottomane, une mosquée ainsi qu'un centre commercial. "Le président turc ne manque pas de nerfs !", relève la Süddeutsche Zeitung "Qu'il ressorte ces plans montre son immense obstination et qu'il se sent assez fort pour venir à bout de la résistance à laquelle on peut s'attendre. Aucun autre projet n'est politiquement aussi sensible que le parc Gezi. Erdogan recherche la confrontation – à un moment où le climat social est extrêmement tendu. La recherche de la paix sociale ne figure apparemment plus au programmme de l‘AKP le parti au pouvoir !"…conclut le quotidien de Munich.

Bildergalerie Durch die Barrikaden

De nombreux Turcs avaient manifesté il y a trois ans contre les plans d'Erdogan

La Frankfurter Rundschau estime que "Erdogan divise encore plus un pays déjà polarisé et l‘entraîne dans une nouvelle confrontation. Il mise de plus en plus sur le chaos, pour se présenter ensuite comme le seul sauveur! Il veut aussi détourner l'attention des accusations d'implication dans le plus gros scandale de corruption de l'histoire turque, “ explique le quotidien de Francfort ...

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !