Bons baisers de la Guerre froide | Vu d′Allemagne | DW | 09.12.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Bons baisers de la Guerre froide

Les journaux commentent les accusations de la Russie envers les Etats-Unis, sur fond de contestation des élections législatives et de désaccord persistant entre Moscou et l'Otan sur le projet de bouclier antimissile.

Depuis jeudi, Vladimir Poutine et Hillary clinton se renvoient la balle

Depuis jeudi, Vladimir Poutine et Hillary clinton se renvoient la balle

Derrière la façade de la Russie d'aujourd'hui, l'héritage des tsars et de l'Union soviétique est presque intact, commente le Hamburger Abendblatt : les structures autoritaires et opaques du Kremlin, la méfiance envers le peuple et le besoin de tout contrôler. La démocratie, quand elle existe, est manipulée. Comme avant, celui qui remporte les élections n'est pas celui qui obtient le plus de voix, mais celui qui les compte. Vingt ans après la fin de l'URSS, Moscou est de nouveau à la croisée des chemins : retourner à un train d'enfer vers un régime dictatorial ou poursuivre sur la voie, à peine entamée, de l'ouverture et de la démocratie.

Les arrestations se multiplient depuis le scrutin de dimanche

Les arrestations se multiplient depuis le scrutin de dimanche

Ce qui se passe en Russie est étonnant, écrit Die Welt. Le pouvoir est relativement stable, les finances de l'Etat relativement solides, le plus grand fournisseur public de devises, Gazprom, enregistre des gains records. Lorsque dans ces conditions, des élections législatives entraînent un mouvement de protestation, cela signifie que quelque chose ne tourne pas rond dans cet Etat. Mais malgré les ressemblances avec la révolution ukrainienne de 2004, il ne faut pas s'attendre à un changement de gouvernement en Russie, prévient le journal.

Pour la Süddeutsche Zeitung, le régime de Vladimir Poutine n'a rien d'autre à offrir qu'une rhétorique de la Guerre froide et le recours à la brutalité et à l'intimidation pour se maintenir au pouvoir. Les forces libérales du pays savent qu'on est encore loin d'une révolution. On ne peut espérer qu'à long terme voir s'effriter le pouvoir des antidémocrates. Mais il faudra encore beaucoup de gens courageux et beaucoup de sacrifices, estime le quotidien.

La Russie considère le bouclier antimissile comme une menace

La Russie considère le bouclier antimissile occidental comme une menace

Peut-être que Vladimir Poutine sent le mécontentement gronder dans son pays, analyse la Frankfurter Allgemeine Zeitung. C'est peut-être pour cela qu'il emploie des mots aussi durs envers les Etats-Unis et qu'il accuse les manifestants d'être à la solde de forces étrangères. Et puisqu'on n'est pas à une audace près pour détourner l'attention des problèmes internes : c'est peut-être pour cela que Vladimir Poutine choisit la confrontation avec les Occidentaux en menaçant à nouveau de déployer son arsenal contre le projet de bouclier antimissile de l'Otan. La véhémence des attaques et les menaces militaires devraient donner à réfléchir au gouvernement d'Obama, conseille la F.A.Z. Le nouveau départ des relations américano-russes, célébré en grande pompe, n'a pas servi à grand-chose.

Auteur : Anne Le Touzé
Edition : Sébastien Martineau

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !