Bilan mitigé pour Barroso | Dossier | DW | 10.09.2009
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Dossier

Bilan mitigé pour Barroso

Le président de la Commission a achevé ses auditions devant les groupes politiques du Parlement européen, à une semaine du vote pour sa réélection

Le président de la Commission Jose Manuel Le président de la Commission Jose Manuel Barroso, en conversation mercredi avec le président du groupe des Socialistes, Martin Schulz

Le président de la Commission Jose Manuel Barroso, en conversation mercredi avec le président du groupe des Socialistes, Martin Schulz

A vrai dire, les positions n’ont pas véritablement changé. Si les conservateurs, ce n’est pas une surprise, soutiennent toujours Barroso car celui-ci est du même bord politique, en revanche les socialistes sont très divisés sur la question et ils ne devraient arrêter leur vote que mardi prochain, soit la veille des élections. Les socialistes français, italiens, belges et grecs ont déjà annoncé qu’ils voteraient contre. Tandis que les Espagnols et les Portugais vont soutenir l’actuel président de la Commission.

« Il y a une profonde crise en Europe et dans le monde et nous devons faire plus pour l’affronter", a affirmé José Manuel Baroso à la sortie de sa réunion avec le groupe socialiste du Parlement européen. "Et je souhaite faire plus avec le soutien des forces pro européennes. J’essaie de bâtir une coalition forte pour l’Europe. Aucun parti à lui seul ne possède la majorité et c’est pourquoi je souhaite que toutes les forces pro européennes soutiennent une commission forte pour une Union européenne forte. »

Du bout des lèvres

Un discours volontariste donc de José Manuel Barroso qui mène sa campagne mais qui, malgré tout, n’est pas parvenu à convaincre les écologistes qui ont annoncé qu’ils voteraient contre lui. Quant aux libéraux, ils sont divisés. En fin de compte, si les pronostics vont plutôt dans le sens d’une réélection de José Manuel Barroso, ce sera un oui du bout des lèvres et sans grand enthousiasme de la part du Parlement européen.