1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Bientôt un vaccin contre le paludisme ?

Un espoir dans la lutte contre le paludisme : un groupe pharmaceutique britannique a sollicité un premier feu vert scientifique européen pour un vaccin destiné aux enfants d'Afrique subsaharienne.

Le moustique, vecteur de la maladie

Le moustique, vecteur de la maladie

C'est à l'occasion d'une conférence sur le paludisme à Durban en Afrique du sud, que la nouvelle a été annoncée par la firme britannique GlaxoSmithKline. GSK et son partenaire humanitaire MVI, Malaria Vaccine Initiative, une ONG soutenue par la fondation Bill et Melinda Gates, ont présenté les premiers résultats de l'essai avancé du vaccin, dit de phase 3.

Un essai qui a porté sur quelque 15.500 enfants dans sept pays et qui s'est montré efficace dans 46% des cas. Un résultat encourageant à ce stade, selon les principaux chercheurs en charge de cet essai. Le paludisme, transmis par les moustiques, est en effet responsable de la mort d'environ 655.000 personnes par an, principalement des enfants de moins de cinq ans et le plus souvent en Afrique.

Le vaccin pourrait être opérationnel en 2015

Essai de vaccination contre la malaria

Essai de vaccination contre la malaria

L'essai se poursuit pour recueillir davantage d'informations dans le courant de l'année 2014 sur la protection à long terme fournie par ce vaccin baptisé « RTS, S ». Les chercheurs veulent aussi évaluer l'incidence d'une dose de rappel administrée 18 mois après la première vaccination.

GlaxoSmithKline prévoit alors de solliciter un avis scientifique auprès de l'EMA, l'Agence européenne du médicament pour ce vaccin spécialement développé pour des enfants d'Afrique sub-saharienne. Si l'Agence donnait alors une recommandation positive, l'Organisation mondiale de la santé pourrait le recommander dès 2015.

Les parasites devenus plus résistants

Jusqu'ici, on se préserve du paludisme au moyen de moustiquaires et on le soigne au moyen de médicaments. Mais d'une part, tout le monde n'a pas accès à ces médicaments antipaludiques et d'autre part, aucun moyen préventif n'assure à lui seul une protection totale.

La moustiquaire n'est parfois pas suffisante pour protéger du paludisme

La moustiquaire n'est parfois pas suffisante pour protéger du paludisme

En outre, dans de nombreuses régions du monde, les parasites sont devenus résistants à plusieurs médicaments. C'est pourquoi dans divers pays, des chercheurs travaillent depuis des années déjà, à la conception d'un vaccin qui pourrait à long terme protéger une fois pour toutes la personne vaccinée contre le paludisme. Une maladie, qui, en l'absence de traitement peut entraîner rapidement le décès par troubles circulatoires.

Il existe actuellement plusieurs projets de vaccin, mais celui élaboré par le groupe GSK est le plus avancé. Si les effets positifs de ce vaccin sont confirmés, il pourrait être diffusé en Afrique à prix réduit, avec une marge de seulement 5%, selon le groupe pharmaceutique.

Ecoutez ci-dessous l'avis de l'expert en médecine tropicale Burkhardt Rieke

Écouter l'audio 03:13

"Un vaccin ne pourra jamais à lui seul éradiquer ce problème"... (Burkhardt Rieke)

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !