1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afro-presse (hebdomadaire)

Bientôt des vaccins contre Ebola

Trois thèmes: la situation au Burkina Faso après la chute de Blaise Compaoré, le sort des déplacés et des réfugiés dûs à la crise en République Centrafricaine et les espoirs de la recherche dans la lutte contre Ebola.

default

Une chercheuse de l'Institut de virologie de l'université de Marburg en Allemagne

La Frankfurter Allgemeine Zeitung relève qu'après la chute du président Blaise Compaoré, la junte militaire, l'opposition et les représentants de plusieurs groupes de défense des droits de l'Homme se sont mis d'accord sur une période transitoire d'un an, jusqu'à la tenue d'élections présidentielle et législatives libres et transparentes en novembre 2015.

Westafrikanische Präsidenten fordern zivile Regierung in Burkina Faso 05.11.2014

Le 5 novembre, les représentants de la CEDEAO exigent qu'un gouvernement civil prenne en mains les rênes du Burkina Faso

Le gouvernement de transition doit être un gouvernement civil avec une personnalité éminente à sa tête. Mais, malgré des sanctions évoquées à plusieurs reprises par les Nations unies et la CEDEAO au cas où le pouvoir ne serait pas rapidement transmis aux civils, c'est toujours le lieutenant-colonel Isaac Zida qui dirige le régime intérimaire.

Militärputsch in Bukina Faso 01.11.2014

Le colonel Isaac Zida, nouvel homme fort du Burkina

Selon l'éditorialiste, plusieurs semaines s'écouleront sans doute avant qu'un gouvernement provisoire n'entame vraiment son travail au Burkina Faso. Jusqu'ici aucun homme politique de l'opposition ne s'est déclaré prêt à assumer les fonctions de président transitoire, car, en tant que tel, il serait automatiquement exclu des élections en novembre 2015. Le soulèvement du Burkina Faso, qualifié de " printemps africain ", se heurte aux dures réalités des combats politiques et la population semble figée dans l'expectative, conclut la FAZ.

La situation des réfugiés et déplacés de RCA toujours inquiétante

Sous le titre : "Aucune solution en vue pour résoudre la crise des réfugiés", la taz, die tageszeitung de Berlin souligne que les organisations humanitaires internationales redoutent même un aggravation de la crise des réfugiés en République centrafricaine. Près de 10 % de la population totale, soit 430.000 Centrafricains,ont déjà fui à l'étranger. Plus de la moitié au Cameroun. Environ 410.000 autres sont des déplacés internes.

Tschad Flüchtlingslager Camp Dosseye

Une réfugiée centrafricaine dans le camp Dosseye dans le sud du Tchad


Même selon les pronostics les plus optimistes des experts, seuls 170.000 déplacés internes pourraient rentrer chez eux en 2015. Au cas où la situation politique ne se stabilise pas, des dizaines de milliers de personnes, pourraient être à nouveau contraints de fuir.

En tout cas, la crise des réfugiés dans le pays dure plus longtemps que prévu. Le stationnement massif de troupes internationales dans le cadre des missions des Nations unies et de l'Union européenne ne semble pas avoir d'influence sur leur situation.

Bangui Zentralafrikanische Republik MINUSCA 09.10.2014

Des véhicules blindés de la MINUSCA à Bangui

Le Haut Commissariat aux Réfugiés a besoin de plus de moyens pour construire des camps de réfugiés, assurer l'approvisionnement en eau potable et en vivres et prendre les mesures nécessaires pour empêcher des épidémies, telles que le choléra.

Quant aux pays voisins, Cameroun et République Démocratique du Congo en particulier, les régions concernées par les flux de réfugiés sont dépassées et ne parviennent plus à assurer l'aide nécessaire. Les dispensaires sont mal équipés et manquent de personnels, les vivres sont limitées. Dans certaines de ces régions frontalières, remarque la taz, il y a désormais davantage de réfugiés centrafricains que d'autochtones.

Espoir dans la recherche contre Ebola

Le monde scientifique accélère ses recherches pour mettre au point des remèdes efficaces contre la fièvre hémorragique.

Peking China Ebola Forschung Medizin Helfer Labor

Laboratoire de recherches anti Ebola à Pékin

Le quotidien berlinois Berliner Zeitung rappelle que l'Organisation Mondiale de la Santé s'est fixé un objectif ambitieux : approvisionner, d'ici à la mi-2015, plusieurs centaines de milliers de personnes avec des vaccins dans les régions d'Afrique de l'Ouest touchées par le virus. Jusqu'à la fin 2015, l'OMS espère même pouvoir disposer d'un million de vaccins. Deux vaccins anti Ebola qui se sont révélés efficaces pour soigner des singes, sont testés depuis peu sur des humains. Ces deux vaccins sont porteurs d'espoir. Un troisième vaccin, prometteur également, doit être testé début 2015.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !