1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Bien mal acquis ne profite jamais...

La presse allemande de ce lundi s'intéresse au dilemme du gouvernement allemand d'acheter ou non le fichier volé des fraudeurs allemands et au premier bilan de gouvernement de la coalition CDU-CSU/FDP d'Angela Merkel.

default

Un tel CD avec les données bancaires de 1 500 présumés fraudeurs allemands agite le Landerneau politique allemand.

La solution n'est pas ici de collaborer avec des criminels, ni d'accepter la fraude fiscale, constate die Welt. Comme toujours en politique, la solution est difficile et ne provoquera pas les ovations de l'opinion publique. L'Allemagne et les autres états à qui les fraudeurs font perdre des millions de recettes nécessaires doivent faire pression sur des bastions fiscaux comme la Suisse pour qu'ils coopèrent enfin ouvertement avec les administrations étrangères. Personne ne demande aux Suisses de renoncer à leur secret bancaire. On leur demande seulement de ne plus l'étendre aux ressortissants de pays étrangers et d'intervenir ainsi dans leurs systèmes juridiques.

Symbolbild Bankgeheimnis Schweiz

La discrétion des banques suisses est proverbiale. Mais jusqu'à quand ?

Face à la curieuse opposition manifestée par la CDU à l'achat de ce fichier et aux encouragements lancés par le SPD et les Verts, la Süddeutsche Zeitung rappelle le cas Zumwinkel, ce haut dirigeant de la Poste, convaincu il y a deux ans de fraude fiscale, sur la base justement d'un fichier volé acheté par les services secrets allemands. À cette époque, la situation juridique a été largement étudiée. Le résultat : rien n'interdit d'utiliser de telles données. Si des preuves sont trouvées lors de perquisitions effectuées sur la base d'un tel fichier ou si des fraudeurs passent aux aveux, ces preuves ou ces aveux sont parfaitement recevables dans un cadre juridique.

Urteilsverkündung Klaus Zumwinkel

Des données bancaires volées en Suisse ont valu deux ans de prison avec sursis et un million d'euros d'amende pour l'ancien dirigeant de la Poste allemande, convaincu de fraude fiscale.

Wolgang Schäuble doit acheter ce CD aux 1 500 fraudeurs, réclame la Tageszeitung. Sinon, il donnera prise au soupçon légitime que son parti souhaite protéger les électeurs et les membres de la CDU/CSU et du FDP. Ce sont certainement eux qui constituent la plus grande partie des fraudeurs présumés. Le quotidien de Berlin fait également sa Une avec une caricature d'Angela Merkel, aveugle, tenant en laisse Guido Westerwelle, lui aussi aveugle, pour illustrer le bilan des 100 premiers jours de gouvernement de la coalition. Une coalition qui déçoit déjà ses propres partisans, faisant ainsi allusion aux déclarations surprenantes ce week-end du n°2 du FDP, Andreas Pinkwart, qui veut suspendre la réduction de TVA récemment accordée sur les nuitées d'hôtel.

Andreas Pinkwart

Le n° 2 du FDP crée la polémique au sein de son propre parti en réclamant la suspension de la baisse de TVA sur les nuitées d'hôtel, la seule promesse électorale de son parti récemment votée.

Ce qui fait dire à la Frankfurter Allgemeine Zeitung : la demande d'Andreas Pinkwart est ridicule. Si, comme il le dit, une bonne politique doit se corriger lorsqu'une loi ne fonctionne pas, il oublie de dire que l'échec de cette loi n'est pas dû à la réalité mais bel et bien au mauvais principe d'accorder à certains électeurs des avantages au détriment des autres. Le FDP retrouvera la confiance de ceux qu'il a déçus uniquement s'il présente le plus vite possible une réforme fiscale libérale et de grande ampleur dépourvue de privilèges.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !