1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Berlin prêt à aider Opel

Les journaux reviennent largement sur l’éventuelle aide financière de l’Etat allemand au constructeur automobile Opel, mais aussi sur le projet de loi qui vise à élargir les pouvoirs de la police criminelle allemande.

default

Logo du constructeur automobile Opel

Merkel promet une aide de plus d'un milliard à Opel, lit-on en Une de la Süddeutsche Zeitung. Le gouvernement allemand a proposé des garanties au constructeur automobile en difficulté. A l'issue d'une rencontre avec les dirigeants de l'entreprise, la chancelière a annoncé que l'aide serait mise à la disposition d'Opel d'ici Noël. Le gouvernement souhaite ainsi éviter un scénario catastrophe. Mais il n'est pas encore sûr que le fabricant aura vraiment besoin de l'aide de l'Etat.


Angela Merkel und Carl-Peter Forster zu Hilfen für Opel

La chancelière Angela Merkel et le Président de General Motors Europe Carl-Peter Forster.

Angela Merkel pose des conditions au sauvetage d'Opel, titre die Welt. La chancelière a souligné que si aide il y avait, l'argent devait rester en Allemagne et ne pas partir vers la maison-mère américaine General Motors. De plus, le gouvernement a bien fait entendre qu'une aide éventuelle au constructeur automobile ne représenterait pas un précédent, écrit le journal. Opel est un cas particulier exceptionnel, a rappelé la chancelière.


BdT Opel Werk in Bochum

L'usine Opel de Bochum en Rhénanie du Nord-Westphalie. Le constructeur automobile emploie 26 000 personnes en Allemagne.

Une garantie d'un milliard d'euros pour Opel ne va certainement pas mettre en danger la stabilité financière de l'Allemagne, estime la Frankfurter Allgemeine Zeitung. Mais étant donné que General Motors a poussé la marque allemande au bord de la faillite à cause de plusieurs décennies de mauvaise gestion, c'est au constructeur américain de sauver de la perte sa propre entreprise et ses filiales à l‘étranger.


La Tageszeitung consacre sa première page au projet de loi qui vise à élargir les pouvoirs du BKA, la police criminelle allemande, dans le cadre de la lutte anti-terroriste. Schäuble est déconnecté, titre la Tageszeitung. La loi sur le BKA ne va pas passer comme prévu. A cause d'une initiative du mouvement des jeunes socialistes dans le Land de Saxe, le projet du ministre de l'intérieur Wolfgang Schäuble d'espionner les ordinateurs privés n'a plus aucune chance au Bundesrat, la chambre haute du parlement. L'opposition de la Saxe est une bonne chose pour les droits civils, mais pour les dirigeants du parti social-démocrate elle est extrêmement embarrassante. Car ce coup d'éclat montre une fois de plus à quel point ils sont éloignés de la base du parti.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !