1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Europe

Berlin calque sa politique environnementale sur BMW

Le gouvernement allemand est parvenu à faire reculer un règlement européen visant à limiter les émissions de CO2 par les véhicules automobiles. Un recul qui intervient alors que BMW a versé un don généreux à la CDU.

FRANKFURT AM MAIN, GERMANY - SEPTEMBER 17: German Chancellor Angela Merkel sits inside a Opel Astra car at the Opel trade-show booth during the international motor show IAA on September 17, 2009 in Frankfurt am Main, Germany.The world's biggest auto show runs until September 27. (Photo by Miguel Villagran/Getty Images)

Angela Merkel à la foire automobile de Francfort en 2009

Le gouvernement allemand et en première ligne la chancelière Angela Merkel sont sous le feu des critiques. Ils sont en effet accusé de mettre en avant les intérêts de leur puissante industrie automobile au détriment de la lutte contre le réchauffement climatique. Petit rappel des faits : en juin dernier, lors du Conseil des chefs d'Etats et de gouvernements, les Européens s'étaient mis d'accord pour discuter d'une limitation des émissions de gaz carbonique des véhicules automobiles. Un accord sur un plafond de 95 g par kilomètre avait ainsi été conclu avec le Parlement européen, un plafond qui devait entrer en vigueur d'ici 2020.

Mais c'était sans compter sur l'opiniâtreté de la chancelière Angela Merkel qui a décroché son téléphone pour appeler Enda Kenny, le Premier ministre irlandais dont le pays occupait alors la présidence tournante de l'Union Européenne. Les détails de l'entretien ne sont pas connus mais il est clair que l'Irlande, qui était et est toujours placée sous le parapluie de l'aide financière accordée par le FMI et l'Union Européenne avait de bonnes raisons de faire plaisir à Mme Merkel. Le fait est que le sujet a été retiré de l'ordre du jour du sommet du mois de juin.

BMW X3 Modell 2011, Autotest, im Alberner Hafen, Wien - 20110114_PD10730

Les puissantes automobiles allemandes sont plus concernées que les autres par les réductions d'émissions de CO2

France, Royaume-Uni et Pologne

Enfin, dernier acte lundi 14 octobre: les ministres de l'Environnement réunis à Luxembourg ont décidé de revenir sur cet accord. En clair, l'entrée en vigueur du plafond de 95g par kilomètre pourrait être repoussée à 2024 – voire carrément remis en cause. Là encore, la chancelière Angela Merkel a su se montrer persuasive puisque ce report ou bien cette remise en cause a été acquis grâce au revirement de dernière minute de trois grands pays qui soutenait la limitation des émissions de CO2 : à savoir la France, le Royaume-Uni et la Pologne. Pour l'instant, personne ne sait ce que ces trois capitales ont reçu en échange.

En revanche, ce qu'on sait car cela a été rendu public par le Bundestag c'est que la famille Quandt, propriétaire de BMW, a fait don la semaine dernière de 690 000 euros à la CDU, le parti politique de Mme Merkel. Il suffit de consulter la page Internet du Bundestag, la Chambre basse du Parlement allemand, pour lire que Johanna Quandt et ses deux enfants, Susanne et Stefan, ont fait chacun, le 9 octobre, un don de 230 000 euros à la CDU. Soit quatre jours avant que les ministres européens de l'Environnement décident de revenir sur l'accord sur les 95g de CO2 par kilomètre. Autant dire que le parallèle est troublant et il met en lumière les liens étroits entre la politique conduite à Berlin, puis diffusée à Bruxelles, sous les bons auspices d'une marque bavaroise de voiture, BMW.