1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Beni : le massacre de trop

Au dernier jour du deuil national ce mercredi, des violences ont causé la mort de trois personnes d'après le bilan officiel en fin de journée. Plusieurs autres localités se sont jointes à la colère des habitants de Beni.

Écouter l'audio 02:20

Récit d'une journée de troubles à 17H TU

Trois personnes, dont un policier, ont été tuées alors que prenait fin, le deuil national décrété parallèlement par les autorités du pays et la société civile en mémoire des civils massacrés dans la ville de Beni le samedi 13 août. Dans un premier incident, un policier et un civil ont été tués lors de heurts violents avec les forces de l'ordre au cours d'une manifestation anti-gouvernementale à Beni.

Plusieurs organisations de la société civile congolaise annoncent des actions de protestation

Plusieurs organisations de la société civile congolaise annoncent des actions de protestation

La colère gronde à Beni

En début de soirée, la tension restait vive dans cette ville de la province du Nord Kivu où des coups de feu sporadiques étaient entendus et des manifestants continuaient à bloquer des artères à l'aide de barricades, selon l'AFP. Le maire de Beni a par ailleurs indiqué à la presse que neuf personnes étaient blessées dans les échauffourées, dont six civils et trois militaires. De source proche de l'hôpital de Beni, le civil tué aurait succombé d'une balle reçue dans le dos et qui n'est pas sortie du corps. Le président de la société civile de Beni, Gilbert Kambale a aussi confirmé que le jeune homme a été tué par un policier près de la rivière Kilokwa.

Dans un deuxième incident, une femme soupçonnée d'être une milicienne ADF a été lynchée par la foule dans un quartier nord de Beni, non loin des lieux du massacre, a annoncé le maire. Des témoins interrogés par l'AFP ont expliqué que la victime avait été tuée à coups de pierres et de bâtons et son corps a ensuite été brûlé.

Le massacre de Beni est survenu juste après une visite du président Joseph Kabila

Le massacre de Beni est survenu juste après une visite du président Joseph Kabila

Les autorités dans le viseur

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté ce mercredi contre l'inaction des autorités contre les violences qui touchent la région depuis deux ans. Mais le gouvernement a de son côté attribué le massacre aux rebelles ougandais musulmans des Forces démocratiques alliées (ADF).

Une autre manifestation a été signalée à Bunia en Ituri, où les militants des mouvements pro-démocratie Filimbi et Lucha ont manifesté en solidarité avec la population de Beni. D'autres informations indiquent que le Sud Kivu commence aussi à être gagné par la colère provoquée par le massacre de Beni et certaines déclarations des autorités nationales.

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !