1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Europe

Belgique : crise ou début de la fin?

La Belgique en pleine crise, voire au bord du gouffre de la partition ? Notre correspondante est allée prendre le pouls du malade… Une Carte bleue européenne, inspirée de la Carte verte américaine, et qui permettrait aux migrants de travailler. C'est le Commissaire européen à la Justice, Liberté et Sécurité Franco Frattini qui a lancé cette initiative. Rita Süssmuth, ancienne Présidente du Parlement allemand, le Bundestag, commente cette proposition.

Plus de 100 jours aprés les élections, toujours pas de gouvernement en vue

Plus de 100 jours aprés les élections, toujours pas de gouvernement en vue

« On est depuis 100 jours dans le marais », déclarait mardi le nouveau Ministre-Président wallon Rudy Demotte. Effectivement, plus de 3 mois après les élections législatives, la Belgique n’a toujours pas de gouvernement fédéral. La Flandre riche et prospère réclame plus de pouvoirs et d’autonomie alors que les francophones de Wallonie refusent toute modification institutionnelle. Ces divergences de vue empêchent tout accord pour former un gouvernement de coalition. Et avec le temps, les positions des flamands se radicalisent. Ils deviennent de plus en plus demandeurs d’une partition de la Belgique. Notre correspondante Clarisse Sérignat à Bruxelles a rencontré plusieurs personnalités du monde politique belge pour mieux comprendre la crise qui mine le Royaume.

Elle est une autorité en Allemagne. Ancienne Ministre de la Jeunesse, de la Famille et de la Santé, Président du Bundestag, Rita Süssmuth avait été chargé par l’ex-chancelier Schröder de présider une commission consacrée au thème de l’immigration. C’était en 2000. Elle y avait préconisé de faire venir chaque année quelques 20 à 50 000 immigrés. Une proposition qui avait disparu dans le rapport final. Aujourd’hui, on a presque l’impression d’un recul en Allemagne avec une loi durcissant le regroupement familial, et une intégration qui montre ses lacunes. Alors, est-ce que les étrangers risquent de sentir qu'ils ne sont pas les bienvenus ? Voici la réponse de Rita Süssmuth qui a eu la gentillesse de s’exprimer pour nous en Français, en marge d’une manifestation consacrée à ce thème à Bonn.