1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Beaucoup de bruit... pour rien ?

A la Une des journaux aujourd'hui: la visite du dalai lama aux Etats-Unis et la démission de Yvo de Boer, le secrétaire exécutif de la Convention de l'Onu sur les changements climatiques.

default

Selon les autorités chinoises, Barack Obama a gravement porté atteinte aux relations américano-chinoises en recevant le dalaï-lama.

Un geste, rien d'autre, titre die Welt pour commenter la visite hier du chef spirituel tibétain à la Maison Blanche. Pour le quotidien, les relations entre Pékin et Washington ressemblent à celles d'un vieux couple qui agace tout le monde depuis des années en menaçant régulièrement de se séparer. La rencontre entre le dalai lama et le président américain, Barack Obama a beau provoquer la colère des Chinois, elle ne détruira pas pour autant la coopération sino-américaine. Elle est trop importante pour chacun des deux pays et pour le reste du monde.

Symbolbild zwischen China und USA Flash-Galerie

Pour le moment, Pékin n'a pas agité la menace de sanctions

La Neue Osnabrückerr Zeitung pense au contraire que la visite du dalai lama à la Maison Blanche risque d'affecter les relations entre la Chine et les Etats-Unis. Pékin fulmine, Barack Obama laisse faire et c'est son devoir, note le journal. La politique des droits de l'homme ne doit pas être pratiquée en fonction de la situation du marché - et ce, même si en ce moment l'économie américaine a besoin plus que jamais des investissements chinois. Le dialogue sur l'épineuse question tibétaine doit être ouvert et c'est le minimum que l'on peut attendre d'un Prix Nobel de la paix qui mène des guerres.

Pour le Flensburger Tageblatt, Barack Obama n'a pas reçu le dalai lama par hasard. Sa côte de popularité est en baisse, son image de Prix Nobel de la paix est écorné par la non fermeture de la prison de Guantanamo, la situation économique des Etats-Unis est catastrophique. Dans un tel contexte, l'occasion de poser avec le chef spirituel tibétain était trop belle.

Yvo de Boer

L'ONU a assuré que la négociation internationale sur le climat ne serait pas perturbée par le prochain départ du chef de la Convention de l'ONU sur les changements climatiques, Yvo de Boer.

Yvo de Boer, le secrétaire de la Convention de l'Onu sur les changements climatiques a annoncé hier sa démission. C'est une catastrophe, estime la Tageszeitung surtout temporellement parlant. Après l'échec retentissant de Copenhague, les diplomates du climat ont tout juste recommencé à sonder le terrain pour tenter de remettre les négociations en marche. Le fait qu' Yvo de Boer jette ainsi l'éponge semble tuer ces efforts dans l'oeuf, déplore le quotidien.

La Süddeutsche Zeitung salue au contraire la décision du secrétaire exécutif même si, estime le quotidien, elle arrive trop tard au vue des déconfitures climatiques de ces derniers mois. Le départ d'Yvo de Boer doit encourager l'Onu à repenser rapidement sa manière de négocier. Le désastre de Copenhague l'a démontré: laisser parler à tord et à travers, pendant une semaine, 194 chefs d'Etat avec une multitude d'organisation non gouvernementales lors d'une conférence désorganisée, ne mène à rien et sûrement pas à un nouveau protocole sur le climat.

Auteur: Konstanze von Kotze / Edition: Audrey Parmentier

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !