1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Bataille à Washington et du rififi à Berlin

A la Une, la destitution du procureur général en Allemagne mais aussi le débat aux Etats-Unis sur l'accord nucléaire avec l'Iran et la commémoration des 70 ans du largage de la bombe atomique sur la ville d’Hiroshima.

Le procureur général Harald Range a été limogé pour avoir intenté une procédure judiciaire à l’encontre de deux journalistes en Allemagne. Par rapport à sa démission, la Frankfurter Rundschau estime que si le ministre de la justice, Heiko Maas croit qu’en limogeant le procureur de la république, l’affaire de surveillance des sites d’information est clos, il s’est donc trompé.

Deutschland Harald Range und Heiko Maas

"Le procureur n’est que le pion sacrifié déplore le quotidien la Frankfurter Rundschau "

Le procureur n’est que le pion sacrifié déplore le quotidien. Harald Range est accusé d’avoir ouvert une enquête contre deux journalistes, une affaire qui a soulevé un tollé en Allemagne. Les deux journalistes sont soupçonnés de trahison de secrets d'Etat en publiant des projets gouvernementaux de surveillance des communications en ligne. Ils écrivent pour le blog Netzpolitik.org et sont spécialisés dans la défense des droits des acteurs du numérique. Mais la Süddeutsche Zeitung de son côté est très critique vis-à-vis du procureur général qu’elle accuse d’avoir provoqué sa mise à pied de façon à faire figure de martyr. Le procureur part mais le chef des services de renseignements lui reste, note le quotidien bavarois qui n’est pas du tout tendre à l’endroit de ce dernier.


Bataille à Washington

Le message du président américain, Barack Obama envers des membres du Congrès pour éviter un blocus par rapport au traité de paix avec l’Iran est aussi commenté par les journaux allemands. "Bataille à Washington" titre la Frankfurter Allgemeine Zeitung. Pour ce quotidien, la grande majorité des républicains a rejeté l'accord parce qu'elle reconnaît l'Iran comme un pays qui se trouve à deux doigts de l'arme nucléaire. Les démocrates aussi de leur côté ont des doutes note le journal de Francfort. Ils croient, comme les autres opposants à l'accord, qu’on pouvait parvenir à un meilleur deal, si on renforçait les sanctions économiques tout en maintenant l'option militaire.

Obama American University Rede

"Les démocrates aussi de leur côté ont des doutes" (FAZ)

Mais c’est un vœu pieux. Après tout, les dernières années ont montré que les sanctions économiques ont gravement affaibli l’Iran, mais ne l’ont pas dissuadé dans sa marche vers le nucléaire, au contraire. A l’heure actuelle, l'accord ne trouvera aucune majorité au Congrès. Mais le faire passer par la force par Obama, serait une perte de prestige, dit la FAZ. La Neue Osnabrücker Zeitung est du même avis, mais arrive à une autre conclusion : « les mécanismes de contrôle évoqués par Obama sont là pour obliger l'Iran à se conformer aux accords. »

Les cloches de la paix d'Hiroshima ne sonnent toujours pas assez fort

Au Japon, c’est la commémoration des 70 ans du lancement des bombes atomiques sur la ville de Hiroshima par les Américains. La Mittelbayerische Zeitung de Regensburg déclare à ce sujet : «Dans le monde, il ya encore aujourd'hui 16 350 armes nucléaires, 4000 sont prêtes pour une utilisation immédiate, dont presque la moitié est en état d'alerte. Il semble, conclut le quotidien, que les cloches de la paix d'Hiroshima ne sonnent toujours pas assez fort.

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !