1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Bangui toujours sous tension

La capitale centrafricaine est secouée de nouveau par une vague de violence. Vendredi, un accrochage entre des soldats burundais de la Misca et un groupe de manifestants armés a fait au moins deux morts.

Les forces internationales ont renforcé leur dispositif militaire à Bangui

Les forces internationales ont renforcé leur dispositif militaire à Bangui

Selon la force africaine de maintien de la paix Misca, le groupe de manifestants aurait ouvert le feu contre la base des soldats burundais. Ces derniers ont donc riposté. Bilan : Deux personnes tuées par balle et plusieurs autres grièvement blessées.

Situation sécuritaire instable

Actuellement un calme précaire se serait installé selon le Général Martin Toumenta Chomou, le commandant de la Misca.

« Nous avons un dispositif de défense qui repose sur la sécurisation de la ville, dans tout les huit arrondissements. Chaque jour nous améliorons le dispositif sécuritaire. Nous ne pouvons pas dire que c'est le calme total mais à l'heure actuelle, il n'y a plus de tirs. »

Un accrochage entre les soldats burundais de la Misca et des hommes armés a fait deux morts vendredi à Bangui

Un accrochage entre les soldats burundais de la Misca et des hommes armés a fait deux morts vendredi à Bangui

Le regain de violence à Bangui fait suite à l'attaque d'une église mercredi, c'est ce qui a mis le feu aux poutres. En effet depuis l'attaque de l'église Notre-Dame de Fatima par un groupe armé c'est la confusion dans la capitale centrafricaine. L'attaque qui a fait une quinzaine de morts suscite depuis de vives réactions.

Protestations à Bangui

Des barricades ont été érigées, ce matin plusieurs marches ont rassemblé des centaines de manifestants avec des revendications multiples : certains exigent le départ de présidente de transition Catherine Samba-Panza, d'autres le départ de certaines forces militaires étrangères, notamment les Burundais de la Misca. Ils sont accusés par les manifestants de laisser faire les violences contre les chrétiens. Pour le général Chomou, il s'agit d'accusations sans fondement.

« Le contingent burundais de la misca occupe une zone très sensible de la ville notamment le troisième et le cinquième arrondissement. Ce sont des zones qui sont très fréquemment attaqué et ce contingent défend valablement ses positions. Ceux qui sont en train d'attaquer ces positions n'arrivent pas à atteindre leur objectif, donc ils ne peuvent pas être content du travail que ce contingent fait. »

Des véhicules de la force française Sangaris ont également été visés par des tirs ce matin à Bangui. En plus du renforcement de leur dispositif, les forces française et africaine ont lancé un appel au calme diffusé sur les medias centrafricains.

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !