1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

« Bébé Kim a compris la règle du jeu »

La Corée du Nord est à la Une de la plupart des quotidiens allemands. Les commentateurs reviennent notamment sur des menaces qui sont devenues quasiment une tradition. Mais faut-il vraiment les prendre à la légère ?

Kim Jong-un préside une réunion de la Commision militaire du Parti des travailleurs (photo publiée par l'agence nord-coréenne KCNA)

Kim Jong-un préside une réunion de la Commision militaire du Parti des travailleurs (photo publiée par l'agence nord-coréenne KCNA)

La Süddeutsche Zeitung observe : chaque année en février, sur la péninsule coréenne, débute un spectacle qui, par sa prédictibilité, rappelle les migrations de l'oiseau chanteur. Les troupes sud-coréennes et l'armée américaine se rassemblent pour des manœuvres communes et la Corée du Nord prend le prétexte de ces exercices pour se livrer à des menaces.

Au delà de la question des motivations derrière ces actes, se cache un problème plus grave : quelle peut bien être la réalité du jeune Kim ? Le commandant en chef nord-coréen est-il, malgré tout ce vacarme, un acteur rationnel ou voit-il le monde à travers un filtre fait sur mesure ?

Ces derniers jours, les États-Unis ont renforcé leur présence militaire dans la région (photo : EPA/SONG KYUNG-SEOK)

Ces derniers jours, les États-Unis ont renforcé leur présence militaire dans la région

Die tageszeitung donne sa réponse à cette question, en titrant « Bébé Kim a compris la règle du jeu ». Le dictateur nord-coréen croit-il pouvoir gagner une guerre contre des États-Unis surarmés ? Non, pas plus que son père avant lui. Mais à en croire le journal, les menaces proférées ont plusieurs avantages pour Pyongyang : à l'intérieur, celui de tenir tête aux Américains et aux Sud-Coréens, désignés comme les "ennemis".

À l'extérieur, le pays apparaît imprévisible, ce qui donne de l'espace pour négocier. Et la "taz" prédit que bientôt, on verra les pays de la région et les puissances internationales se réjouir de voir Pyongyang à nouveau disposé à discuter. Et ils feront alors des concessions : des livraisons de pétrole, de denrées alimentaires et l'allègement de sanctions renforcées il y a peu.

La Frankfurter Allgemeine Zeitung s'intéresse aux coulisses de ces menaces nucléaires : une explication est peut-être à chercher du côté de la réunion du Comité central du Parti des travailleurs qui s'est tenue ce week-end, en Corée du Nord. Les délégués y ont adopté un programme qui ne sonne pas comme une préparation à une entrée en guerre. Il y est plutôt question du développement de l'économie.

Et c'est dans ce but qu'a été nommé un nouveau Premier ministre, qui obtient au passage un poste au Bureau politique du Parti, ce qui lui donne beaucoup de pouvoir au sein du système nord-coréen. En admettant que l'armée voit en cela une remise en cause partielle de sa position dominante, la rhétorique guerrière actuelle trouve tout son sens.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !