1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Aung San Suu Kyi en visite officielle en Chine

Invitée par le Parti Communiste Chinois, la "dame de Rangoun", comme on la surnomme doit rencontrer le Président chinois Xi Jinping et le Premier ministre Li Keqiang.

Une rencontre inattendue, car les autorités chinoises n'ont jamais condamné les persécutions à l'égard d'Aung San Suu Kyi par la junte birmane. Depuis l'ouverture du pays à la démocratie en 2012, son parti, la LND, la ligue nationale pour la démocratie, se rapproche du pouvoir. Il est donné gagnant aux législatives prévues fin 2015. Explications deMême si elle n'est pas à la tête du pays, Aung San Suu Kyi est la figure politique incontournable de Birmanie. Lors de sa visite en 2014, le Président américain avait déjà consacré plus de temps à l'opposante qu'au président du pays. Désormais, c'est la Chine qui se tourne vers elle. Par calcul, selon l'analyste Marco Bünte, professeur en Malaisie.

Marco Bünte GIGA Institut Hamburg

Dr.Marco Bünte, chercheur au GIGA Institut de Hambourg actuellement en Malaisie

"Le fait qu'elle soit recue maintenant montre que le gouvernement chinois s'attend à ce que Aung San Suu Kyi ai plus d'influence après les élections de novembre. Pour elle, cela signifie qu'elle entre vraiment dans le jeu de la Realpolitik".

Mener une politique réaliste, se faire des alliés, préserver les intérêts économiques de son pays, voilà la nouvelle ligne d'Aung San Suu Kyi. La Chine reste le premier investisseur en Birmanie. C'est pourquoi la leader de l'opposition a accepté l'invitation.

China Volkskongress in Peking

Le président Xi Jinping (à g.) et le Premier minister Li Keqiang s'entretiendront avec Aung San Suu Kyi

Un calcul qui peut surprendre. Christian Becker, politologue allemand.

"Aux yeux de l'occident, Aung San Suu Kyi apparait toujours, à tort ou à raison, comme l'icône de la lutte pour les droits de l'homme. Qu'elle soit reçue par Pekin, et qu'elle accepte, d'y aller...cela laisse les observateurs occidentaux perplexes au vu de la situation des droits de l'homme en Chine."

Des organisations de défense des droits de l'homme ont appelé la "Dame de Rangoun", à plaider la cause de Liu Xiabo, l'écrivain dissident, prix Nobel de la paix condamné à 11 ans de prison en Chine. Reste à voir si Aug San Suu Kyi le fera.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !