Au secours la crise revient ! | Europe | DW | 21.10.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Europe

Au secours la crise revient !

Les états européens se sont mis d’accord sur la régulation des hedge funds ainsi que sur le renforcement de la discipline budgétaire des états. Le spectre d’une rechute économique rend ces réformes urgentes.

default

Les hedge funds sont dans la ligne de mire de Bruxelles. Ces « méchants fonds d’investissements » sont en effet accusés d’encourager la spéculation en prenant des risques inconsidérés et en investissant par exemple sur des produits à fort rendement qui parient sur la chute de l’économie grecque ou espagnole. Les états membres de l’UE sont parvenus à un accord cette semaine après des mois d’empoignades, notamment entre la France et la Grande-Bretagne. Paris souhaitant un encadrement très strict des hedge funds tandis que Londres ne voulait pas en entendre parler. Et pour cause : Londres est la première place financière en Europe et ces fonds pèsent 900 milliards d’euros dans le monde.

Le compromis adopté consiste en la délivrance d’un passeport obligatoire qui permettra la commercialisation de ces fonds en Europe. La question du passeport a été très épineuse, notamment vis-à-vis des Etats-Unis qui se sont émus des risques de discriminations à l’encontre des fonds d’investissements non européens. Mais Michel Barnier, le commissaire européen au Marché intérieur, a réaffirmé que ce passeport « devra se mériter ». Pour entrer en vigueur cet accord doit encore être voté le mois prochain au Parlement européen. Mais l’eurodéputé Jean-Paul Gauzès, rapporteur au Parlement européen du texte sur le contrôle des hedge funds, a déclaré que l’accord trouvé au Conseil par les états lui convenait tout à fait.

Le commissaire Michel Barnier a affirmé que les passeports pour les hedge funds devront se mériter.

Le commissaire Michel Barnier a affirmé que les passeports pour les hedge funds devront "se mériter".

Impôt européen

Par ailleurs, un autre accord a été trouvé cette semaine pour renforcer la discipline budgétaire des états. Un système de sanctions sera mis en place à l’encontre des états qui laissent déraper leurs déficits, des sanctions quasi-automatiques. Les Allemands voulaient des sanctions automatiques, les Français plus de flexibilité : encore une fois on a coupé la poire en deux et les sanctions seront « presque automatiques ».

Enfin, le Parlement européen a proposé un budget 2011 en hausse modéré. Les eurodéputés ont proposé une augmentation des engagements de 0,8% par rapport au budget 2010. Ils ont convenu un montant de 130 milliards d’euros en paiement. Mais ces chiffres sont provisoires car ils doivent encore être négociés par les états qui souhaitent – crise obligent – que le budget européen soit revu á la baisse. Le Parlement s’est déclaré prés à accepter uns stagnation du budget mais ce sera donnant donnant : il faudra alors ouvrir la Boite de Pandore du débat sur les ressources propres avec, à la clef, le lancement d’un impôt européen. La Commission européenne a apporté sa contribution en avançant notamment l’idée d’une TVA européenne. Aujourd’hui, près de 80% du budget européen est alimenté par les contributions des états.

Enfin, on a beaucoup discuté au Parlement européen cette semaine de la prochaine réunion du G20 qui se tiendra les 11 et 12 novembre à Séoul. La Corée du sud préside jusqu’à la fin de l’année ce groupe des 20 nations les plus industrialisées du monde. C’est la France qui en prendra la présidence en 2011. Cequi préoccupe les Européens c’est bien sûr de manquer la reprise. La Chine, le Brésil, l’Inde, la Turquie, même l’Afrique, connaissent des taux de croissance important. Tandis que l’Europe est encore atone.

En Pologne, les futurs époux doivent suivre un stage de religion

En Pologne, les futurs époux doivent suivre un stage de religion

Cours nuptiaux

En Pologne, l’Eglise catholique ne prend pas les demandes en mariage à la légère ! Autant le savoir si on veut se marier en Pologne. Quelques mois avant la cérémonie, chaque couple de fiancés doit obligatoirement s’inscrire à des cours spéciaux pour futurs mariés. Au total, dix leçons de vie et de religion délivrées par un prêtre ou un catéchiste, sans lesquelles le mariage ne peut avoir lieu.

C’est un reportage dans la banlieue de Varsovie de Damien Simonart.

Auteur : Jean-Michel Bos

Edition : Elisabeth Cadot