1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Au Mali, la société civile cherche une sortie de crise

La "Coalition pour le Mali" a envoyé des émissaires dans le nord du pays pour témoigner leur solidarité avec les populations des territoires occupés et essayer d'ouvrir un dialogue avec les islamistes.

Les villes de Tombouctou, Gao et Kidal dans le nord du mali ont abrité ces dernières semaines les rencontres entre les émissaires de la Coalition pour le Mali et les responsables islamistes des mouvements d'Ansar Dine et du Mouvement pour l'unicité du jihad en Afrique de l'Ouest qui occupent le nord du pays depuis mars. L'objectif de cette rencontre était de faire avancer le dialogue en vue de sortir le pays de la crise. C'est ce qu'explique Modibo Kampo, du secrétariat du Forum des Organisations de la Société civile : "Nous avons pensé qu'il fallait contacter les occupants du Nord, afin d'ouvrir une fenêtre de dialogue. Résoudre la crise sans tirer un seul coup de feu est le souhait de tout le monde."

Militiaman from the Ansar Dine Islamic group, who said they had come from Niger and Mauritania, ride on a vehicle at Kidal in northeastern Mali, in this June 16, 2012 file photo. Islamists of the Ansar Dine rebel group which in April seized Mali's north along with Tuareg separatists destroyed at least eight Timbuktu mausoleums and several tombs, centuries-old shrines reflecting the local Sufi version of Islam in what is known as the City of 333 Saints. Picture taken June 16, 2012. To match Analysis MALI-CRISIS/TIMBUKTU REUTERS/Adama Diarra/Files (MALI - Tags: POLITICS CIVIL UNREST CONFLICT RELIGION)

Des miliciens d'Ansar Dine à Tombouctou

Ouverts aux négociations

Hier, la Coalition pour le Mali a présenté un compte-rendu des entretiens avec les leaders d'Ansar Dine et du MUJAO. Les deux mouvements islamistes se disent ouverts aux négociations et demandent à Bamako d'assurer les services de base, comme l'approvisionnement en eau et en électricité. Modibo Kampo estime que la balle est désormais dans le camp du gouvernement de Cheikh Modibo Diarra.

La Coalition a soumis au gouvernement malien une liste de recommandations en dix points et appelle à entamer au plus vite des négociations officielles avec les rebelles du nord. La question religieuse, notamment celle de l'application de la charia, devrait occuper une place prépondérante dans les négociations.

A noter que ni le mouvement touareg MNLA ni al-Qaïda n'ont été associés à ces premiers contacts engagés par la société civile

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !