1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Au Burundi, chacun campe sur ses positions

Pour mettre un terme à la violence au Burundi, l'ONU, l'UA et d'autres partenaires pressent le gouvernement d'organiser un dialogue avec les opposants à l´étranger. Seulement à Bujumbura, rétorque le pouvoir burundais.

Écouter l'audio 02:09

"On va discuter avec les Burundais à l'intérieur comme à l'extérieur du pays"

Organiser le dialogue inter-burundais au Burundi? Pour le CNDD-FDD au pouvoir et les partis politiques, qui lui sont proches, c'est une une occasion de réaffirmer la souveraineté du Burundi. Au contraire, le sénateur Sylvestre Ntibantunganya appelle Pierre Nkurunziza et son gouvernement à avoir du courage politique, en acceptant de discuter de l'avenir du pays sur un terrain neutre. Écoutez les explications d'Eric Topona en cliquant sur le lien ou l'image.

L'Union européenne a indiqué lundi qu'elle envisageait de nouvelles sanctions contre des responsables Burundais, impliqués dans les violences. Dans un communiqué, l'UE dit "se réserver la possibilité d'adopter de nouvelles mesures restrictives ciblées à l'encontre de ceux dont l'action ou le discours auraient conduit ou conduiraient à des actes de violence et de répression, à de graves violations des droits de l'Homme, et/ou entraveraient la recherche d'une solution politique".

On estime à plus de 200 000 le nombre de Burundais ayant fui leur pays. Et notamment vers la Tanzanie. Kossivi Tiassou s'est rendu dans le camp de réfugiés de Nyarugusu, le troisième camp le plus peuplé au monde. Il nous dresse le portrait d’un refugié burundais, à écouter ci-dessus.

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !