1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Au Burkina Faso, on agit contre la désertification

Une réunion de la Convention des Nations unies pour la lutte contre la désertification se déroule à Bonn du 9 au 19 avril 2013. L'occasion de s'intéresser aux initiatives menées au Burkina Faso.

Au Burkina Faso, les estimations font état de plus de 74 % des terres affectées par la désertification, ce qui met en péril la vie de 85 % de la population qui dépend directement des ressources naturelles. De nombreuses associations et ONG (organisations non-gouvernementales) sensibilisent les populations à la protection de l'environnement.

Parmi les phénomènes qui accélèrent la désertification au Burkina Faso, il y a la surexploitation des sols, mais surtout le déboisement. Le bois est la principale source d'énergie domestique pour de nombreuses familles.

Un combat contre la pauvreté ?

Ceux qui s'adonnent à ces activités accusent la pauvreté. Pour l'amélioration de leurs conditions de vie, ces personnes s'attaquent à la nature. Pendant longtemps, Awa Compaoré et Zenabou Ouedraogo ont coupé le bois et balayé le sol, à la recherche du sable :

La surexploitation et le déboisement accélèrent la désertification

La surexploitation et le déboisement accélèrent la désertification

« Je ramasse le bois, je balaye le sol, je sais que ça détruit les sols mais il fallait bien nourrir la famille. »

Des foyers améliorés

Afin de leur offrir des activités génératrices de revenu et éviter qu’elles continuent à dégrader le sol et le couvert végétal, l’association "Espoir ratamanegre", que dirige Habibata Ouedraogo, leur propose la transformation des produits locaux :

« Nous sensibilisons les femmes sur ce domaine-là. Nous essayons d'utiliser des foyers améliorer pour éviter d'utiliser beaucoup de bois. Nous utilisons parfois même le gaz. »

Une prime au reboisement

Les conséquences de la désertification, Idrissa Diallo les subit au quotidien. Dans son champ situé à 100 km au nord de Ouagadougou, cet agriculteur fertilise le sol de son champ avec le compost produit avec la paille :

« Tu vois comment le sol est aride, c'est avec ces pailles qu'on se débrouille, on attend ensuite deux mois pour commencer à semer. »

Pour le reboisement, SOS Sahel Burkina applique le reboisement par contrat. Les gens plantent des arbres et après avoir entretenu l'arbre pendant deux ans, ils obtiennent une prime en fonction du nombre de plants ayant survécu.

Écouter l'audio 02:10

Écoutez le reportage de Yaya Boudani

Environnement (Magazine)

Club de l'auditeur (Magazine)

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !