1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Après le film, les caricatures

Les journaux commentent la polémique autour de l'hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo, suite à la publication de caricatures sur le film anti-islam à l'origine de manifestations dans de nombreux pays musulmans.

Stéphane Charbonnier

Stéphane Charbonnier

En Une de plusieurs journaux, une photo du directeur de Charlie Hebdo, Stéphane Charbonnier, tenant à la main le fameux numéro à l'origine de la polémique. On y voit un imam en fauteuil roulant, poussé par un rabin, disant en cœur : « Faut pas se moquer ».

Les locaux de Charlie Hebdo sont sous protection policière

Les locaux de Charlie Hebdo sont sous protection policière

Augmenter les tirages et gagner de l'argent grâce à la provocation est un art courant chez les magazines satiriques, estime la Neue Osnabrücker Zeitung. Dans les sociétés occidentales, la question du bon goût n'est que secondaire face à la sacro-sainte liberté d'expression. Le mieux aurait été sans doute de réagir avec sang-froid et rien ne justifie les réactions violentes des islamistes. Néanmoins, souligne le journal, personne n'est non plus obligé de tester les limites de la tolérance.

Il y a manifestement des gens, aux Etats-Unis et en Europe, qui n'ont rien de mieux à faire que de dénigrer une religion qui compte peu d'adeptes dans leur pays, écrit die tageszeitung. On pourrait les ignorer, s'il n'y avait pas ces fanatiques qui, de Khartoum à Karachi, manifestent devant les ambassades occidentales et ce faisant, correspondent aux clichés mis en scène par leurs détracteurs. Ces contestations ne sont absolument pas représentatives de la majorité des musulmans. Il est certes prudent de renforcer la sécurité autour des représentations diplomatiques étrangères dans la région, mais il ne faut pas craindre un embrasement général, rassure la taz.

Le film Innocence of Muslims a entraîné une vague de contestation

Le film "Innocence of Muslims" a entraîné une vague de contestation

La Frankfurter Allgemeine Zeitung estime elle aussi que la grande majorité des musulmans, tout en condamnant le film et les caricatures, n'approuvent pas les violences qui ont éclaté dans certaines villes. Ceux qui appellent à manifester font partie des perdants. Le chef du Hezbollah en perte de popularité au Liban, al-Qaïda en Libye, les partisans du président déchu au Yémen, des jeunes chômeurs en Egypte... On n'est pas étonné, conclut le quotidien, qu'il n'y ait eu pratiquement aucune manifestation en Turquie. Dans ce pays, l'économie se porte plutôt bien.

La Süddeutsche Zeitung, enfin, réagit à l'appel de certains conservateurs allemands de durcir la législation sur les atteintes à la religion. Le journal trouve cela inutile car il existe une loi qui condamne l'incitation à la haine. Mais estime qu'il faut condamner ceux qui exacerbent la haine par des insultes à caractère religieux.

Bonus : ci-dessous, écoutez une prise de position de Gérard Biard, rédacteur en chef de Charlie Hebdo, ainsi que la réaction du caricaturiste burkinabè Damien Glez.

Écouter l'audio 00:33

« Nous faisons notre travail de commentateurs de l'actualité »

Écouter l'audio 00:44

« Faire de la provocation fait partie du métier de dessinateur »

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !