1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Appel au bon sens des députés tchadiens

L'Assemblée nationale tchadienne doit se pencher sur une motion de censure contre le gouvernement. Même si elle a peu de chance d'aboutir, l'opposition souhaite par ce biais mettre le pouvoir face à ses responsabilités.

Écouter l'audio 01:40

La motion de défiance met les élus de la majorité devant leurs responsabilités selon Ngarledji Yorongar

Etant donné que le parti au pouvoir, le Mouvement Patriotique du Salut, est largement représenté à l'Assemblée nationale, il est très difficile, pour ne pas dire impossible, que cette motion visant à destituer le Premier ministre et son gouvernement puisse passer.

Les députés de l'opposition, qui n'occupent que 30 sièges sur un total de 158, misent sur le caractère secret du vote mais aussi sur le bon sens de leurs homologues de la majorité. Personne n'est épargné par le marasme économique actuel dont la responsabilité incombe au gouvernement, affirme-t-ils. Pour Jean Bernard Padaré du parti au pouvoir, le MPS, ne se fait pas de souci : "nous sommes sereins parce que cette motion ne passera pas. Parce que nous sommes majoritaires. Et parce que nous estimons que le Premier ministre est en train de faire du bon travail. Il est en train de réformer le pays. Il est en train d'appliquer le programme de notre président fondateur, Idriss Deby Itno. Donc il n'y a pas de raisons que notre majorité vote pour son départ". 

Responsabilités des élus

Les secteurs de l'éducation, de la santé et de la magistrature sont paralysés suite au mouvement de grève  des fonctionnaires qui réclament le paiement de leurs arriérés de salaire. Une situation qui interpelle les élus du peuple, explique Ngarledji Yorongar, opposant politique. Il affirme que même minoritaires, les députés de l'opposition ont accompli leur mission. Leur motion de défiance met les élus de la majorité devant leurs responsabilités. Le Premier ministre Albert Pahimi Padaké visé par cette motion est président du parti RNDP - le Réveil, allié au pouvoir. Il assure la primature tchadienne depuis bientôt 9 mois.

 

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !