Appel à la tolérance et à l′intégration | Allemagne | DW | 03.10.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

Appel à la tolérance et à l'intégration

Des dizaines de milliers de personnes ont célébré à Brême le 20ème anniversaire de la réunification. Le président Christian Wulff a appelé les Allemands à la diversité et à une nouvelle solidarité dans la société.

« Nous sommes un peuple ! Cet appel à l'unité doit être une invitation adressée à tous ceux qui vivent ici » a déclaré Christian Wulff lors de la cérémonie officielle, dimanche à Brême. « Nous ne pouvons pas tolérer les préjugés et l'exclusion, c'est dans notre intérêt national le plus fondamental », a-t-il poursuivi. Sans évoquer ouvertement l'ex-dirigeant de la Bundesbank Thilo Sarrazin et ses thèses hostiles aux immigrés d'Allemagne, le président fédéral a lancé un message clair aux Allemands : « Ne nous laissons pas entraîner dans une fausse confrontation. »

L'Allemagne, pays de diversité

L'appartenance ne doit pas se résumer à un passeport, à une histoire familiale ni à une croyance. L'Allemagne doit tolérer et soutenir la différence. Dans ce contexte, le président allemand a souligné son attachement à l'Europe : « On entend beaucoup de critiques envers l'Europe. Je ne cesserai pas de m'engager pour elle. »

Feier zum Tag der Deutschen Einheit in Bremen 2010

Angela Merkel à Brême

Devant des représentants de la politique fédérale et régionale, ainsi que de nombreux invités officiels étrangers, Christian Wulff a mis en garde contre un fossé qui se creuse au sein de la société allemande, entre les générations mais aussi entre les hauts revenus et ceux qui vivent du minimum existentiel. Il a appelé les citoyens à prendre en main leur avenir ensemble : « La meilleure manière de renforcer la solidarité est de faire confiance aux autres. »

Faire confiance aux autres

Christian Wulff a pointé du doigt les défaillances dans le domaine de l'intégration. Il reste encore beaucoup à accomplir en ce qui concerne les cours d'allemand aux familles, les cours de langue maternelle ou encore de religion islamique par des enseignants formés en Allemagne. Aucun enfant, a insisté le président, ne doit arriver à l'école sans parler allemand ni la quitter sans un diplôme en poche.

Bundespräsident Christian Wulff Deutsche Einheit Rede

Christian Wulff prononce son discours à Brême

La chancelière Angela Merkel a qualifié le premier grand discours du président depuis son entrée en fonction de « jalon pour l'avenir ». Selon elle, Christian Wulff a clairement exprimé que la réussite allemande ne pourra se poursuivre que dans une Europe unie. « C'est une bonne mission pour nous, qui faisons la politique d'aujourd'hui » a estimé la patronne des conservateurs. Le chef de la diplomatie Guido Westerwelle a, lui aussi, salué l'engagement européen du président, « un plaidoyer contre les tendances actuelles de replis nationalistes ».

Un discours acceptable, selon l'opposition

Les représentants de l'opposition ont été plus modérés dans leurs commentaires. La présidente du groupe des Verts au Bundestag, Renate Künast, a estimé sobrement : « C'est une personne qui parle calmement, avec des mots clairs. Il a été correct. » Son collègue Jürgen Trittin a parlé d'un message prudent, qui ne contenait rien de nouveau.

Feier zum Tag der Deutschen Einheit in Bremen 2010

Grande affluence ce dimanche dans les rues de Brême

C'est la ville de Brême qui accueillait cette année les célébrations de l'unité car la ville-Etat préside le Bundesrat, la chambre haute du parlement. Des dizaines de milliers de personnes ont profité du beau temps pour faire la fête autour d'une reproduction de la Porte de Brandebourg de Berlin. Ce soir, le Bundestag commémore à son tour le 3 octobre 1990. Les violences annoncées en amont des festivités par des groupuscules extrémistes n'ont finalement pas eu lieu.

Félicitations d'Obama et de Medvedev

L'Allemagne a également reçu des félicitations de l'étranger, en ce jour-anniversaire. Le président américain Barack Obama a rendu hommage « au courage et à la conviction des Allemands qui ont contribué à la chute du Mur de Berlin et mis fin à des décennies de division douloureuse et artificielle ». Le président russe a souligné le rôlé-clé joué par son pays dans la réunification de l'Allemagne et de l'Europe. Mikhaïl Gorbatchev, l'ancien chef du Kremlin, a pour sa part rappelé l'importance de régler ensemble des problèmes tels que la pauvreté, les crises environnementales et financières et les questions de sécurité.

Auteurs : Marko Langer / Anne Le Touzé
Edition : Stephan Stickelmann