Angela Merkel, la chancelière bien-aimée | Allemagne | DW | 07.09.2009
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

Angela Merkel, la chancelière bien-aimée

La chancelière de la Grande coalition est candidate de la CDU. Depuis 4 ans, elle fait partie des « femmes les plus puissantes du monde » selon le magazine américain Forbes. Portrait d'une chancelière très populaire...

default

Angela Merkel, reconduite à la tête de la CDU en décembre 2008.

Deutschland Sixt Werbung mit Angela Merkel

La chancelière s'est retrouvée plusieurs fois à l'affiche de publicités pas toujours flatteuses (ici, une agence de location de cabriolets), mais elle le prend avec philosophie

En 1989, la scientifique Angela Merkel est membre d’un groupe évangélique d’opposition à la RDA, la République démocratique allemande. La réunification de l’Allemagne la propulse dans les rangs de la CDU, le parti chrétien-démocrate. Angela Merkel devient proche du chancelier Helmut Kohl, qui la nomme ministre des Femmes et de la Jeunesse. Quinze ans plus tard, le 22 novembre 2005, Angela Merkel devient la première femme chancelière de l’Allemagne. Le 3 octobre 2006, elle dira :

"Après 10 mois de mandat, c'est devenu quelque chose d'ordinaire que quelqu'un comme moi, une femme de l'ex RDA serve l'Allemagne réunifiée. Mais en même temps, ca reste, en ce jour d’anniversaire de la réunification, quelque chose d'extraordinaire."

Une figure sur la scène politique internationale

Bundeskanzlerin Angela Merkel empfängt am Sonntag, 23. Sept. 2007, im Bundeskanzleramt in Berlin den Dalai Lama

Angela Merkel reçoit le Dalaï Lama en septembre 2007

Mais c’est avec son parti rival, le SPD, que la CDU d’Angela Merkel forme une Grande coalition. Dès lors, la chancelière tente de s’imposer sur la scène politique internationale. Elle ose inviter le Dalaï Lama à Berlin, ou encore faire des reproches à Dmitri Medvedev sur la situation des droits de l’homme en Russie. Et lorsqu’elle prend les rênes de la présidence de l’Union Européenne en janvier 2007, c’est pour sortir l’Union de la crise institutionnelle suite aux « non » français et néerlandais au Traité constitutionnel.

"Nous allons clore la phase de réflexion et montrer le chemin, nous pouvons offrir une solution aux citoyens d'Europe avant les élections européennes." (ndlr: de 2009)

Saluée à l'étranger, critiquée au sein de son parti

Symbolbild Große Koalition

La Grande coalition, une alliance forcée depuis 2005

Défi réussi: les 27 pays de l’Union Européenne signent le Traité de Lisbonne 6 mois plus tard. Mais sur le plan intérieur, Angela Merkel est critiquée au sein de son propre parti. Günther Oettinger, Ministerpräsident du Land de Bade-Wurtemberg :

" Elle est la chancelière de la Grande coalition, et il est normal qu'elle fasse des compromis au niveau du gouvernement. Mais en tant que candidate à la chancellerie et chef du parti chrétien-démocrate, elle doit montrer le chemin à prendre par la CDU en vue des élections législatives."

Angela Merkel veut continuer à être la chancelière de l’Allemagne, mais cette fois, elle espère que son gouvernement sera dominé par son parti, la CDU.