Angela Merkel en Turquie | Vu d′Allemagne | DW | 29.03.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Angela Merkel en Turquie

La visite de la chancelière allemande en Turquie est l’occasion pour les éditorialistes de relancer un débat sur la future adhésion du pays à l'Union européenne et sur l’intégration des immigrés turcs en Allemagne.

default

Alors que Recep Tayyip Erdogan espère voir son pays adhérer à l'Union européenne, Angela Merkel préfère parler d'un "partenariat privilégié" avec la Turquie.

Le journal Die Welt critique la demande répétée de Recep Tayyip Erdogan d'ouvrir des lycées turcs en Allemagne. Le Premier ministre turc croit à tort qu'augmenter la présence turque en Europe donnera plus de poids à l'ambition de son pays d'entrer dans l'Union européenne. Angela Merkel a compris la tactique d'Erdogan et a su la déjouer. En ce qui concerne l'adhésion de la Turquie à l'Union, c'est elle qui a les dés en main et son scepticisme sur la question est loin d'avoir disparu.

Erdogan Plakate in Köln

En février 2008, le Premier ministre turc était venu à Cologne pour s'adresser aux Turcs d'Allemagne.

Angela Merkel a déjà pris position de façon claire, écrit la Westdeutsche Zeitung. Elle considère que pour les immigrés, l'apprentissage de la langue allemande est aussi important que le respect des lois. Ce en quoi elle contredit son hôte Recep Tayyip Erdogan, qui a exigé l'ouverture de lycées turcs pour que ses concitoyens se consacrent en priorité à leur langue maternelle. Mais la chancelière a raison de réagir de façon si peu diplomatique sur ce point. Car il existe déjà en Allemagne des groupes d'immigrés qui se coupent du reste de la société et ce problème risque de s'ancrer encore plus profondément. Exiger un minimum de connaissances de la langue du pays où ils habitent n'a rien d'intolérant ou de xénophobe.

Türkei Deutschland Angela Merkel in Ankara

La chancelière allemande s'est rendue lundi au mausolée de Moustafa Kémal Ataturk, le fondateur de la Turquie moderne.

La Frankfurter Rundschau expose de son côté ses arguments en faveur d'une adhésion de la Turquie à l'Union européenne : à l'époque de la Guerre froide, c'était l'importance militaire de ce partenaire de l'Otan qui intéressait l'Europe. Aujourd'hui, l'Union a des raisons bien plus convaincantes d'intégrer la Turquie. Son pouvoir économique croissant, son importance en tant que pays par lequel transitent les sources d'énergie, sans oublier sa structure démographique dynamique et son rôle géopolitique à la bordure du Proche-Orient et de l'Asie centrale : toutes ces raisons rendent la Turquie indispensable à l'Europe.

On a jusqu'à présent l'impression qu'Ankara ne met pas tout son cœur dans les négociations, relève le Handelsblatt. Au bout de cinq ans, le processus d'adhésion stagne complètement. Et le gouvernement turc est lui-même responsable de cette situation, car le pays ne répond toujours pas aux exigences du protocole d'Ankara. Le refus de reconnaître Chypre et de régler ainsi l'un de principaux points litigieux est une perche tendue à ceux qui s'opposent à l'adhésion de la Turquie.

Auteur : Aude Gensbittel

Edition : Carine Debrabandère

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !