Angela Merkel en Afghanistan | Allemagne | DW | 12.03.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

Angela Merkel en Afghanistan

Le voyage surprise de la chancelière allemande en Afghanistan s'est déroulé ce lundi dans le cadre d'un énorme dispositif de sécurité. Un voyage assombri par le massacre de seize civils par un soldat américain.

Angela Merkel à la base de Mazar-e-Charif

Angela Merkel à la base de Mazar-e-Charif

La chancelière Angela Merkel a d'abord rendu visite aux soldats de la Bundeswehr, dans la base de l'armée allemande à Mazar-e-Charif et déposé une gerbe au pied du monument pour les soldats mort en mission. Ce n'est vraiment pas un moment très propice que la chancelière Angela Merkel a choisi pour ce bref voyage, non annoncé, en Afghanistan. Ces dernières semaines, les habitants de la région dans laquelle sont déployés les soldats allemands crient quotidiennement leur colère contre la présence de soldats étrangers. La raison : des soldats américains de la base militaire de Bagram avaient - soit-disant par erreur- brûlé des exemplaires du Coran.

La chancelière, accompagnée du commandant Erich Pfeffer, rend hommages aux soldats tombés en Afghanistan

La chancelière, accompagnée du commandant Erich Pfeffer, rend hommages aux soldats tombés en Afghanistan

Alors que la population afghane se montre de plus en plus hostile vis-à-vis des soldats étrangers, un autre drame vient de se produire : dimanche, avant l'aube, un soldat du contingent américain de l'ISAF, la Force internationale de l'OTAN, avait quitté sa base de la province de Kandahar. Lourdement armé, il a abattu seize villageois dans trois maisons voisines. Un Afghan de la région : « Ce drame aura des effets très négatifs. Cela va encourager les gens à se révolter contre les troupes étrangères et à protester. » L'ambassadeur américain à Kaboul, James Cunningham, comme le président Barack Obama ont présenté leurs regrets et leurs excuses au peuple et au président afghan, Hamid Karzaï.

Ras-le-bol général

Mais comme pour l'affaire des corans détruits, cette folie meurtrière du soldat américain ne fera que renforcer la colère des Afghans. De tels évènements sont aussi des arguments de poids pour les extrémistes talibans et leur propagande anti-occidentale, comme le pense le politologue afghan Ali Seraj : « Cela aura une réaction en Afghanistan. Le seul moyen de calmer les nerfs de la population serait de livrer cette personne aux autorités afghanes et de la juger selon le droit afghan. Nous parlons ici de gens qui vivent encore au XVe ou XVIe siècle. Pour eux, c'est œil pour œil, dent pour dent. »

Les talibans ont juré de venger chacun des morts de dimanche

Les talibans ont juré de venger chacun des morts de dimanche

Une première réaction des talibans : sur un site internet, ils parlent d'un acte barbare commis par des Américains assoiffés de sang. Ce que les extrémistes islamistes passent sous silence est le fait qu'ils sont eux-mêmes responsables de trois-quarts des violences qui font des victimes civiles innocentes en Afghanistan.

Le mandat de la Bundeswehr prolongé ?

L'engagement de la Bundeswehr en Afghanistan est de plus en plus critiqué en Allemagne même. La chancelière le sait. En tout, 52 soldats de la Bundeswehr ont perdu la vie au cours des dix années de la mission en Afghanistan. Au début de l'année prochaine, le contingent allemand sera réduit de 400 personnes, les effectifs de la Bundeswehr en Afghanistan passeront alors à 4.400 soldats. Et dans deux ans, comme ses alliés internationaux, la Bundeswehr devrait normalement se retirer complètement d'Afghanistan, si la difficile réconciliation nationale afghane engagée devait aboutir, ce qui n'est pas sûr. C'est pourquoi nul ne saurait dire si la Bundeswehr pourra vraiment partir en 2014, a déclaré la chancelière devant ses soldats à Mazar-e-Charif.

Auteurs : Kai Küstner, Philippe Pognan
Edition : Marie-Ange Pioerron, Cécile Leclerc

La rédaction vous recommande

Revue de presse