1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Angela Merkel brigue un 4ème mandat à la Chancellerie

Aujourd’hui, un thème domine largement les commentaires des journaux allemands: l’annonce de la chancelière de briguer un quatrième mandat lors des législatives de septembre 2017.

Sous le titre "Merkel devient Kohl ",  die tageszeitung, la taz montre la photo d‘un visage constitué à partir d’éléments du visage d’Helmut Kohl et de celui d‘Angela Merkel. Un photo-montage fort réussi, qui ne montre pas Mme Merkel, mais Mme "Merkohl". 

Deutschland | CDU-Parteitag in Dresden 1991 (picture-alliance/ dpa/dpaweb)

Angela Merkel en 1991 à Dresde aux côtés de son "père politique" Helmut Kohl

Dans tous les autres journaux allemands figure aussi le portrait de la chancelière en Une ce lundi, en version originale toutefois.  
"Tout autour de l’Allemagne, des populistes se pressent pour arriver au pouvoir, les valeurs politiques et institutionnelles sont en train de se désintégrer, relève le quotidien Die Welt. Angela Merkel, elle, veut stabiliser le centre politique - un centre qui pour de nombreux électeurs n’est plus au centre ! Elle veut défendre les valeurs de la démocratie occidentale que beaucoup ne considèrent plus comme leurs valeurs. Trump, Poutine et Le Pen mettent le monde occidental sens dessus dessous et par là aussi la campagne électorale allemande. Malgré la crise des réfugiés, Angela Merkel mise sur le fait qu’elle incarne le slogan: "Pas de changement".

 

Critiques quant à la candidature d'Angela Merkel pour un quatrième mandat.

 

C'est le cas de la  Süddeutsche Zeitung par exemple qui critique des faiblesses d‘Angela Merkel sur le plan de la politique intérieure: "Dans sa 11ème année à la chancellerie, Angela Merkel - comme du reste plusieurs de ses prédécesseurs-  semble considérer la politique intérieure juste comme un domaine secondaire et banal. Cela est peut-être compréhensible, face à la dimension des crises qui secouent notre planète, mais c’est tout de même une erreur, poursuit la Süddeutsche. Car finalement les électeurs s’intéressent davantage aux emplois, aux écoles, à la sécurité dans le pays et sur le plan social que pour le processus de paix en Afghanistan ou en Syrie. C’est peut-être penser un peu court vis à vis des interactions et interdépendances d‘un monde globalisé, mais c’est la réalité ", souligne le quotidien de Munich.

Deustchland Angela Merkel (Getty Images/S. Gallup)

La chancelière allemande veut défendre les valeurs de la démocratie et l'intégration européenne

La Frankfurter Rundschau estime que: " Il y aurait théoriquement des alternatives possibles à la politique d’austérité d’Angela Merkel pour l'Europe, au rejet d’une politique fiscale plus juste, à la surcharge inégale des assurés dans les systèmes sociaux, à un changement de la politique énergétique réalisé à contrecœur et à bien d’autres choses encore. Mais ces alternatives n’ont pratiquement aucune chance parce qu’aucune force politique ne veut changer l’état actuel des choses. Et, conclut le quotidien de Francfort, c’est ce qui pousse de nombreux déçus de cette politique dans les bras de l’extrême-droite."

 

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !