1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Amnesty dénonce l'usage de la force au Cameroun

Dans son rapport publié mercredi sur les exactions de Boko Haram au Cameroun, Amnesty International met aussi en cause les forces de sécurité du pays qui procèdent notamment à des détentions arbitraires.

Écouter l'audio 02:02

"Il faut que des enquêtes soient ouvertes au Cameroun" (Alioune Tine)

Depuis au moins juillet 2009, Boko Haram est présent sur le sol Cameroun, affirme l'ONG. 3000 à 4000 Camerounais ont ainsi rejoint les rangs de ce mouvement terroriste qui a intensifié ses attaques dans l'Extrême-nord du pays. Amnesty International souligne que 80 000 Camerounais ont fui ces attaques, aggravant une situation humanitaire caractérisée par la présence de 50 000 refugiés nigérians. Dans son rapport intitulé "Cameroun. Les droits humains en ligne de mire. La lutte contre Boko Haram et ses conséquences.", l'ONG assure que Boko Haram a tué au moins 380 civils depuis janvier 2014. Mais elle met aussi en cause les forces de sécurité du Cameroun.

Vous pouvez écouter les explications de notre correspondant Henri Fotso en cliquant sur l'image ou le lien.

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !