1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

Allemagne:verdict dans le procès de Coesfeld

Accusés de brutalités contre des recrues de l'armée allemande en 2004, six instructeurs de la caserne de Coesfeld ont été condamnés à des peines de prison avec sursis allant de 10 à 22 mois.

Ein Posten bewacht am Freitag, 16. Maerz 2007, die Freiherr-vom-Stein-Kaserne in Coesfeld. Ab kommender Woche beginnt ein Prozess gegen Ausbilder der Bundeswehr, die in der Kaserne mehr als 80 Rekruten misshandelt haben sollen. (AP Photo/Martin Meissner)--- The German Freiherr vom Stein military camp is pictured on Friday, March 16, 2007 in Coesfeld, Germany. (AP Photo/Martin Meissner)

vue de la caserne de Coesfeld

Les dix prévenus jugés à Münster étaient tous instructeurs en 2004 au moment des faits. Ils étaientaccusés de mauvais traitements sur plus de 160 conscrits,

Lors d’exercices de simulation de prise d’otage, ils les avaient frappés, leur avaient administré des décharges électriques et injectés de l’eau dans la bouche et le nez pour provoquer une impression de noyade.

Parmi les condamnés figurent cinq sous-officiers et le commandant de la compagnie. Ce dernier avait reconnu avoir autorisé les exercices.

Huit autres instructeurs avaient été mis en cause et jugés l’année dernière et des peines similaires avaient été prononcées.

L’une des premières réactions officielles est venue du député social-démocrate en charge des affaires militaires au parlement, Reinhold Robbe. Il a déclaré que « chaque appelé devait savoir qu’il ne dépose pas ses droits fondamentaux au vestiaire quand il entre dans la caserne. ». Il s’est également dit préoccupé par le fait qu`aucun des soldats maltraités ne se soit adressé à sa hiérarchie immédiatement après les faits.

Un avocat des prévenus a même certifié que les instructeurs accusés demandaient aux recrues après chaque exercice s’ils s’étaient sentis blessés ou humiliés.

Une plaidoierie qui n’a visiblement pas convaincu les juges.