1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

Allemagne-Turquie : un duo difficile

Le chef du gouvernement turc Recep Tayyip Erdogan est à Berlin. Il inaugure la nouvelle ambassade de son pays. C'est la plus grande au monde. Mais les deux pays ne sont pas toujours sur la même longueur d'onde.

La relation entre la Turquie et l'Allemagne est ancienne mais pas toujours exempte de friction

La relation entre la Turquie et l'Allemagne est ancienne mais pas toujours exempte de friction

Les alaouites en Turquie. Une minorité menacée dans ses droits qui s'inquiète du conflit syrien

Les alaouites en Turquie. Une minorité menacée dans ses droits qui s'inquiète du conflit syrien

Le menu des discussions politiques est chargé. Il y aura d'abord la Syrie et la situation des réfugiés syriens. La Turquie en a déjà accueilli plus de 100.000. Le gouvernement allemand estime que les réfugiés doivent rester dans la région et qu'il faut les aider sur place. Berlin a déjà débloqué à cet effet quelque 50 millions d'euros mais ne désire pas les accueillir sur son territoire.

Autre problème épineux, le problème kurde. Ankara reproche en effet à la France et à l'Allemagne de ne pas agir avec assez de fermeté contre le parti PKK considéré par les Turcs comme un parti terroriste. Mais du côté allemand, les ONG de défense des droits de l'Homme se disent préoccupées par les manquements aux droits de l'Homme et à la liberté d'opinion en Turquie. On écoute Kamal Sido, de la Société allemande pour les peuples menacés (Gesellschaft für bedrohte Völker) : « Les droits des minorités comme les Alaouites, les Kurdes, les Arméniens ou d'autres sont bafoués et c'est pourquoi demain à Berlin quelques milliers de personnes, peut-être plus même, manifesteront à la porte de Brandenbourg contre cette visite. »

Journalistes menacés

La ministre de la Justice allemande Sabine Leutheusser-Schnarrenberger a de son côté exprimé sa préoccupation quant à la situation des journalistes en Turquie. Kamal Sido confirme ces menaces :

« Les rapports des associations de journalistes internationales et turques ainsi que nos sources prouvent que la liberté d'opinion est mal en point en Turquie. Entre 80 et 135 journalistes sont à l'heure actuelle en prison et si l'on évoque tous les prisonniers politiques, ce sont quelque 7.000 personnes, principalement des Kurdes qui sont emprisonnés, parmi lesquels des maires et des députés. »

Berlin attend de la Turquie qu'elle confirme le chemin des réformes sur lequel elle s'était engagée. Les droits de l'Homme en font partie.

Écouter l'audio 01:51

"Les droits des minorités sont bafoués..."

Archives

Audios et vidéos sur le sujet