1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

Allemagne : la natalité toujours en berne

Si la majeure partie de la population africaine a moins de 25 ans, ce n'est pas le cas de l'Allemagne, loin de là. De plus en plus vieux, de moins en moins d'enfants : les Allemands sont les mauvais élèves de l'Europe.

default

Natalité : l'Allemagne figure au dernier rang européen avec le Portugal, la Hongrie et la Lettonie

Les statistiques les plus récentes le prouvent : 16,5 pour cent seulement de la population allemande a moins de 18 ans et l'Allemagne a aujourd'hui une moyenne de 1,36 enfants par femme. Le sociologue Jörg Blasius, chercheur à l'université de Bonn, avance une explication

"La population allemande est vieille, le nombre de femmes en âge de procréer est donc réduit. Conséquence: le taux de natalité est relativement bas. A l'opposé, en Scandinavie, le nombre d'enfants par femme est beaucoup plus élevé. En effet l'état s'occupe des enfants, il y a beaucoup de soutien, des soutiens qui sont très réduits en Allemagne. On est particulièrement tolérant envers les enfants, ce qui n'est pas le cas en Allemagne."

Symbolbild schwangere Frau eine Schwangere Baby Babybauch PID Schwangerschaft

Les Allemandes ne se sentent pas particulièrement encouragées par l'état

La réunification allemande il y a 20 ans a eu son effet: beaucoup de jeunes femmes de l'ex-Allemagne de l'est ont émigré vers l'ouest et souvent elles n'ont pas eu d'enfants. Le changement de système les a trop déstabilisées. La réunification a engendré à l'est l'écroulement du système communiste. Un système qui, malgré sa politique totalitaire, apportait la sécurité aux familles. Jörg Blasius :

"Le chômage, l'insécurité, le manque d'enfant. Cela n'existait pas à l'époque de la RDA. La sécurité était garantie. Chaque enfant à partir de l'âge d'un an avait sa place dans une crèche. Ensuite, les enfants allaient à l'école maternelle. Celles-ci étaient ouvertes toute la journée et pas seulement entre 9h et 13h comme à l'ouest du pays ou encore de nos jours. Les femmes pouvaient donc facilement aller travailler. Tout le système était à la mesure d'une vie avec des enfants, ce qui n'est plus le cas aujourd'hui."

Bien que les chiffres entre l'est et l'ouest se soient stabilisés aujourd'hui, le manque des crèches est toujours considérable. Le gouvernement prévoit de créer d'ici deux ans 280 000 nouvelles places pour les enfants de moins de trois ans, un plan difficilement réalisable, par manque de financement. En attendant, une immigration choisie peut être une solution pour combler le manque de jeunes.

Auteurs : Katrin Herms et Myriam Cossec
Edition : Marie-Ange Pioerron