Alerte au portable-espion | Vu d′Allemagne | DW | 20.06.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Alerte au portable-espion

La crise de l'euro et l'avenir de l'Union européenne continuent d'intéresser les journaux allemands. Au menu également, la question de la protection de la vie privée, un sujet très sensible en Allemagne.

default

La législation est régulièrement dépassée par les progrès techniques

C'est ce qui explique le tollé provoqué par cette révélation : lors d'une manifestation de militants antifascistes, en février dernier, la police de la ville de Dresde, dans l'Est de l'Allemagne, a espionné les téléphones portables de milliers de personnes présentes sur les lieux. Et die tageszeitung de commenter : à côté de cette méthode, même la très critiquée vidéosurveillance a l'air d'un instrument du passé.

Maastrichter Vertrag Symbolbild

Le traité de Maastricht, l'une des étapes les plus importantes de la construction europénne

Une caméra livre seulement des images. Pour savoir qui se trouve dessus, il faut encore enquêter. Les communications téléphoniques, elles, garantissent une transparence absolue. Qui était où, quand, et avec qui a-t-il téléphoné ? La taz estime qu'il faut que toute méthode d'enquête basée sur une nouvelle technique soit systématiquement vérifiée par le législateur et face l'objet d'une autorisation.

« Beaucoup plus d'Europe, s'il vous plait ! » demande la Süddeutsche Zeitung. Il y a longtemps, les chefs de gouvernements européens étaient audacieux et visionnaires, portés par l'idée d'une Europe forte et pacifiée. Le 7 février 1992, ils signaient le traité de Maastricht. Il sonnait l'heure de la naissance de l'euro.

Aujourd'hui, presque 20 ans après : l'euro est en danger. Et soudain, l'Union doit réussir à démontrer qu'elle existe bel et bien. Dans cette crise, il ne s'agit plus des montagnes de dettes de la Grèce ou de qui que ce soit d'autre. De l'argent, il y en a suffisamment. Non, l'Union européenne est en train de perdre son plus grand capital : sa crédibilité. Et le quotidien souligne : la crise dévoile brutalement la faiblesse dont l'Union a toujours souffert : on y parle d'Europe, mais on agit au niveau national.

Taliban in Kandahar Afghanistan

La voie des négociations semble de plus en plus privilégiée en Afghanistan

Die Welt choisit de revenir sur la situation en Afghanistan et sur l'annonce faite par le président Hamid Karzaï que des négociations ont lieu entre les Etats-Unis et les insurgés taliban. Et le journal constate : il n'est pas inhabituel pour les Afghans de combattre et de négocier au même moment. Il s'agit de choisir le moyen le plus efficace pour parvenir à ses fins.

Dans les premiers temps du processus d'Oslo, au début des années 1990, l'ancien Premier ministre israélien Yitzhak Rabin, qui allait plus tard être assassiné, avait affirmé : « Nous devons négocier, comme s'il n'y avait pas de terrorisme. Et nous devons lutter contre le terrorisme, comme s'il n'y avait pas de processus de paix. » Cela vaut aujourd'hui pour les Alliés en Afghanistan.

Auteur : Sébastien Martineau
Edition : Konstanze von Kotze

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !