Alep à feu et à sang | International | DW | 08.08.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Alep à feu et à sang

En Syrie, l'armée a lancé son offensive décisive dans la deuxième ville du pays, Alep, en pénétrant avec des chars et des véhicules blindés dans le quartier de Salaheddine, jusqu'à présent contrôlé par les rebelles.

Depuis mercredi 8 juillet au matin, le quartier de Salaheddine, au sud de la ville d'Alep, est à feu et à sang. Les chars de l'armée syrienne ont envahi les rues, semant la terreur et intensifiant encore les combats. D'après les dernières dépêches, les forces armées auraient déjà récupéré le contrôle du quartier rebelle.

Les insurgés démentent, mais l'issue de cette offensive ne fait pourtant que peu de doutes. En effet, selon un responsable de la sécurité, au moins 20.000 militaires sont sur place, alors que les rebelles, eux, comptent entre six et huit mille hommes. Des hommes qui par ailleurs commencent à manquer de munitions, rendant plus ardue encore la défense de leur position.

Recherche dans les décombres après un raid aérien de l'armée à Tel Rafat, au nord d'Alep

Recherche dans les décombres après un raid aérien de l'armée à Tel Rafat, au nord d'Alep

Pas de sources d'information indépendantes

Difficile pourtant de connaître la véritable situation à Alep, en raison de la violence des affrontements et de l'absence de journalistes indépendants sur place. Mais une chose est sûre : les civils habitant les quartiers bombardés sont pris au piège au milieu des combats. Et dès qu'ils le peuvent, ils sont de plus en plus nombreux à se réfugier dans les pays voisins, pour fuir un conflit qui n'en finit pas. Et qui a déjà fait plus de 18.000 morts en dix-sept mois.

Archives

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !