Aku-nna, la « richesse de son père » | Dossier | DW | 02.02.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Dossier

Aku-nna, la « richesse de son père »

« La Dot », de l'auteure nigériane Buchi Emecheta, raconte l'histoire émouvante d'Aku-nna, jeune fille de 13 ans promise à un avenir brillant, dont la vie va basculer à la mort de son père.

default

De nature joyeuse mais avec une santé fragile et une peau trop claire, Aku-nna sait que les espoirs de son père pour la marier sont placés dans sa réussite scolaire. On le voit dans ce petit extrait : « La seule consolation qu'il pouvait attendre de sa part, ce serait sa dot. Pour lui, c'était une perspective des plus agréables. De son côté, Aku-nna était bien décidée à ne pas le décevoir. Elle allait faire un beau mariage. » Le nom Aku-nna, précise le narrateur, veut dire « la richesse de son père » en langue ibo.

Or le père, justement, un ancien combattant de l'armée britannique, meurt des suites d'une vieille blessure et la famille doit quitter Lagos pour aller vivre au village d'Ibuza, sur la rive ouest du fleuve Niger. Pour Aku-nna c'est un choc culturel, l'adaptation difficile à des traditions souvent figées. Suivant la coutume ibo, sa mère devient la quatrième épouse de l'oncle Okonkwo, frère du défunt père. A partir de ce moment, il est clair que dès qu'elle sera devenue une femme, Aku-nna sera vendue au plus offrant.

L'amour plus fort que la tradition ?

Frauen in Abuja Nigeria

Femmes nigérianes

Aku-nna s'attache à Chike, son jeune professeur. Celui-ci est issu d'une famille d'esclaves affranchis, et comme on l'apprend dans ce roman : « L'amitié était une chose, le mariage une autre. Qu'une fille de bonne famille épouse le descendant d'un esclave, ce serait une abomination. » Mais l'amour qu'ils se portent et leur soif de liberté sont plus forts que les traditions...

Un roman sensible sur la condition de la femme L'histoire, pleine de rebondissements, à la fois touchante et tragique. Dans un style sensible, l’auteure aborde un problème fondamental : celui de la condition de la femme, avec une héroïne tiraillée entre des traditions machistes et son souhait de décider elle-même de son destin.

C’est un thème d’ailleurs cher à Buchi Emecheta. Originaire de Lagos, elle vit à Londres depuis l’âge de 22 ans où elle dû mener de front sa carrière littéraire et l’éducation de ses cinq enfants. « La Dot » est le quatrième roman de cette auteure malheureusement trop méconnue du public francophone.

« La Dot », de Buchi Emecheta
Traduit de l'anglais (Nigeria) par Maurice Pagnoux
Domaine étranger 2006, 246 pages

Auteur : Anne Le Touzé
Edition : Sandrine Blanchard