1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

Agression de Potsdam: deux interpellations

L’enquête sur l’agression dont a été victime dimanche dernier à Potsdam un Allemand d’origine éthiopienne a avancé d’un grand pas hier soir, avec l’interpellation de deux suspects proches des milieux d’extrême-droite.

Ermyas M., victime d'une agression à Potsdam

Ermyas M., victime d'une agression à Potsdam

Les deux hommes âgés d’une trentaine d’années, de nationalité allemande, nient pour le moment toute participation à cette agression sur la personne d’Ermyas M. Blessé très grièvement, cet ingénieur de 37 ans d’origine éthiopienne a été placé dans un coma artificiel à l’hôpital de Potsdam, où il se trouve toujours entre la vie et la mort. L’agression s’est produite dimanche dernier, alors que la victime attendait le tramway et était en train de téléphoner à son épouse. Ermyas M. a été frappé par deux agresseurs dont les propos racistes ont été enregistrés sur la messagerie du portable.

Ce nouvel acte sans doute à motif xénophobe a beaucoup ému la population allemande. La chancelière Angela Merkel a dénoncé un drame « abominable, brutal et inhumain », alors que dès dimanche soir, la population de Potsdam se rassemblait au centre-ville pour exprimer son rejet du racisme. Le maire de la ville a appelé à une grande manifestation à nouveau cet après-midi dans les rues de Potsdam pour dire NON à la xénophobie.

L’an passé, plus de 600 délits à motifs racistes ont été recensés en Allemagne. Les dernières agressions ont eu lieu cette semaine, à Berlin et à Magdebourg. L’Est de l’Allemagne, l’ancienne RDA, est particulièrement touché par ces actes xénophobes.

Hier matin, une polémique éclatait après des propos du ministre de l’intérieur. Avant l’interpellation des suspects, Wolfgang Schäuble avait voulu minimiser l’émotion causée en Allemagne par l’agression de Potsdam en soulignant que rien ne permettait encore d’affirmer qu’il s’agissait d’un acte raciste. « Des gens blonds aux yeux bleus sont également victimes d’actes de violence, parfois de la part d’agresseurs qui n’on pas la nationalité allemande. Ce n’est pas mieux. » avait-il dit.. Des propos qui ont provoqué une levée de boucliers au sein de la classe politique allemande, notamment dans le camp social-démocrate.

  • Date 21.04.2006
  • Auteur Carine Debrabandère
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C76T
  • Date 21.04.2006
  • Auteur Carine Debrabandère
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C76T