Afropresse, l′Afrique à travers la presse allemande | Afro-presse (hebdomadaire) | DW | 25.06.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afro-presse (hebdomadaire)

Afropresse, l'Afrique à travers la presse allemande

L' Afrique ne fête pas seulement la Coupe du monde de football, mais aussi un demi-siècle d'indépendance. C'est un sujet d'analyse dans la presse allemande.

default

Creuseur artisanal de coltan

17 Etats africains ont vu le jour en 1960, rappelle l'hebdomadaire die Zeit. Le Congo, très exactement la RDC - est le plus grand et le plus fragile: 64 millions d'habitants avec un revenu moyen par habitant de 290 dollars par an et sous les pieds des ressources naturelles qui se chiffrent en milliards de dollars. Les principaux produits d'exportation sont les diamants, le cuivre, le cobalt et... des grands titres sur des mouvements rebelles et des charniers. Le Congo est selon la Banque mondiale un pays clé pour l'économie du continent, poursuit le journal, qui cite aussi cette phrase de Frantz Fanon, pionnier de la lutte anti coloniale: l'Afrique a la forme d'un revolver, le Congo en est la gâchette. Pour rester dans le même registre, le journal évoque plus loin le risque d'explosion entre les sociétés minières et la multitude de petits creuseurs artisanaux. Le pays a besoin d'investisseurs, mais il a également besoin d'un débat sur l'avenir des creuseurs. Dans les zones minières du sud-est du pays, ils trouvent leurs propres réponses - sous forme de pierres et de bombes incendiaires contre les excavatrices et les grues. Un jour ou l'autre, souligne Die Zeit, il y aura un face à face entre assaillants contre les machines et pistolets mitrailleurs - et l'on sait comment cela se termine.

Ghana Öl GOIL, die staatliche √ñlgesellschaft Ghana Oil Company Limited Foto: Stefanie Duckstein / DW

GOIL, compagnie nationale pétrolière du Ghana

Comparé au Congo le Ghana est minuscule, mais comme l'écrit le Berliner Zeitung, le Ghana ne fait pas seulement parler de lui en football. Le pétrole découvert au large de la cote ghanéenne promet un boom économique au pays. L'exploitation commencera en octobre prochain. 125 000 barrils seront produits chaque jour. Pour les caisses de l'Etat, cela représente des recettes de plus d'un milliard d'euros par an. La population, note plus loin le journal, veut pouvoir profiter immédiatement de la manne pétrolière, surtout dans les quartiers pauvres. Le président John Atta Mill, un économiste de formation, veut investir l'argent dans l'industrialisation du pays. Il passe pour un homme intègre, mais alors qu'il s'efforce encore de briser les réseaux corrompus du gouvernement précédent, on reproche déjà à des ministres de son propre gouvernement de s'enrichir. Beaucoup de Ghanéens aimeraient donc mieux que le gouvernement injecte l'argent du pétrole dans une baisse des prix pour les denrées alimentaires de base plutôt que dans de grands investissements.

Symbolbild Öl Rohstoff Ölförderung Kampf um Rohstoffe Arbeiter in Ölproduktion Erdöl

Les matières premières de l'Afrique aiguisent les appétits du monde industrialisé. L'Allemagne, lit-on dans le Financial Times Deutschland, projette de conclure des partenariats ciblés avec des pays qui pèsent lourd dans l'approvisionnement de l'économie allemande en matières premieres. Par exemple il est question de proposer des programmes de formation et de perfectionnement professionnel pour des cadres de pays en développement, l'objectif devant être une situation de gagnant-gagnant, selon le ministre allemand de l'économie Rainer Brüderle. Le gouvernement, poursuit le journal, réagit ainsi aux récriminations de l'économie qui se plaint de la hausse et surtout des fortes fluctuations des cours de produits comme le minerai de fer. Sans compter que des nations concurrentes comme la Chine s'assurent depuis des années déjà un approvisionnement ciblé en matières premiéres venues d'Afrique, d'Amérique latine et même df'Afghanistan.

Kigali, Ruanda

Kigali

Une tentative d'assassinat contre un général rwandais en exil en Afrique du sud, de surcroit pendant la Coupe du monde - cele ne passe pas inaperçu dans la presse allemande. Le général en question s'appelle Faustin Kayumba Nyamwasa, c'est l'ancien chef d'état major de l'armée rwandaise. Un vétéran, note la Tageszeitung, du Front patriotique rwandais au pouvoir à Kigali, et pendant longtemps un proche du président Paul Kagamé. Depuis sa fuite en Afrique du sud, les autorités rwandaises ne se lassent pas de le présenter comme un maillon d'un réseau terroriste qui s'étend jusqu'aux milices hutu des FDLR au Congo et qui voudrait déstabiliser le Rwanda à l'approche de l'élection présidentielle du 9 août. Dans la perspective de cette élection, note de son côté la Frankfurter Allgemeine Zeitung, Nyamwasa a été accusé de vouloir renverser Kagamé. Le tout sur fond d'une campagne anti-corruption lancée par Kagamé et dans le cadre de laquelle beaucoup de généraux impliqués dans les deux invasions du Congo, en 1996 et en 1998, se sont retrouvés dans le collimateur de la justice. Il n'est un secret pour personne, souligne le journal, que des généraux rwandais se sont effrontement enrichis lors des deux offensives contre le Congo.

Auteur: Marie-Ange Pioerron

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !