1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afro-presse (hebdomadaire)

Afropresse, l’Afrique à travers la presse allemande

G8/Afrique – RDC – Darfour – Procès Taylor

Les premières tentes des anti-G8

Les premières tentes des anti-G8

Cette fois-ci le compte à rebours a commencé. Le sommet du G8 s’ouvrira dans quelques jours à Heiligendamm. Et cela se traduit, cette semaine encore, par beaucoup d’articles et de commentaires sur l’Afrique.

L’Afrique qui sera tout en haut de l’affiche à Heiligendamm, souligne la Frankfurter Allgemeine Zeitung. Et cela tient d’abord à son absence, au dernier sommet du G8, l’an passé en Russie. Mais beaucoup d’autres raisons expliquent aussi que la chancelière et le sommet s’intéressent en priorité à l’Afrique, poursuit le journal qui évoque notamment la misère criante de certains pays africains, la mission de l’armée allemande au Congo ou encore la présence grandissante de la Chine soucieuse de couvrir ses besoins en matières premières. Dans une autre édition, la même Frankfurter Allgemeine Zeitung publie en première page un éditorial intitulé "le fardeau de l’homme blanc". Depuis leur indépendance, note le journal, les pays de l’Afrique subsaharienne ont reçu 600 milliards de dollars d’aide au développement. A la lumière d’un tel volume financier, on ne peut parler d’un "continent oublié". Mais cela n’a servi à rien. Depuis des décennies le revenu par habitant stagne, et les conditions de vie ont même parfois empiré. La véritable catastrophe, souligne le journal, n’est pas la mondialisation mais l’Afrique. Il est donc incompréhensible que des gens pétris de bonnes intentions demandent encore plus d’aide au développement. Cela fait longtemps que même des économistes africains implorent les occidentaux, et la Chine, d’arrêter leur aide. Car l’aide transforme les Africains en mendiants. L’Afrique, encore l’Afrique! titre de son côté le quotidien Die Welt qui relève qu’avant chaque sommet du G8 les Bonos et les Geldofs montent sur la scène politique, que les pauvres rappellent aux riches leurs promesses de l’année précédente. Les réalistes, eux, demandent à mi-voix d’oublier plutôt l’Afrique pendant un certain temps. Tout cela, poursuit le journal, ne résoud pas la question-clé: comment se fait-il qu’un demi-siècle après les indépendances africaines, aucun pays en Afrique noire ne puisse avoir une véritable démocratie et une prospérité de base. C’est que l’Afrique, écrit Die Welt, a le droit d’être différente. En matière de démocratie la barre est placée plus bas pour l’Afrique que pour d’autres anciennes colonies d’Asie ou d’Amérique.

En dehors des problèmes généraux de l’Afrique, la presse allemande s’intéresse aussi à des cas particuliers. Par exemple celui de la République démocratique du Congo.

La Frankfurter Rundschau se fait l’écho des soupçons qui pèsent contre certains éléments de la mission de l’ONU en RDC, la Monuc. Selon des organisations de défense des droits de l’homme, des soldats pakistanais stationnés en Ituri ont restitué leurs armes à des miliciens pour obtenir de l’or en échange, Une enquête, note le journal, a été ouverte par l’ONU, mais selon des initiés les incidents ont été traités de manière confidentielle pour ne pas fâcher le gouvernement pakistanais. Il est vrai que pour la MONUC, ajoute le journal, le Pakistan est après l’Inde le deuxième pourvoyeur de casques bleus avec 3 550 hommes. De soldats il en est également question dans un article de la Frankfurter Allgemeine Zeitung, mais cette fois-ci il s’agit de soldats congolais. Le journal révèle que les deux missions européennes d’assistance à la réforme du système de sécurité – EUPOL pour la police, et EUSEC pour l’armée – doivent être renforcées et qu’elles pourraient aussi fusionner. Mais le gros problème reste leur financement. Le recensement des militaires congolais, en particulier, risque d’échouer par manque d’argent. Or ce recensement est important, souligne le journal, dans la mesure où le nombre de soldats déclarés reste très supérieur au nombre d’hommes effectivement sous les drapeaux. A cela plusieurs raisons, note le journal: d’une part les chefs d’unités peuvent détourner plus d’argent, de l’autre beaucoup de militaires ayant atteint l’âge de la retraite gardent l’uniforme pour ne pas être réduits à la mendicité. Si le gouvernement congolais avait déclaré initialement 350 000 soldats, l’on estime à présent leur nombre à environ 170 000. Le chiffre est rapporté par la parlementaire libérale allemande Birgit Homburger, qui s’est rendue début mai en RDC. Mais l’Eusec, ajoute le journal, parle d’au moins 30 000 soldats fantômes.

Le Darfour revient cette semaine au premier plan de l’actualité africaine dans la presse allemande, et pour cause.

Comme l’écrit la Tageszeitung, le Darfour s’est invité à la réunion des ministres des affaires étrangères du G8 à Potsdam. Bernard Kouchner, le nouveau chef de la diplomatie française, plaide pour une force militaire européenne qui sécuriserait l’acheminement de l’aide d’urgence au Darfour via un couloir humanitaire partant du Tchad. La mise en place d’une telle force, note la Tageszeitung, entraînerait à coup sûr la demande d’une participation de l’armée allemande, comme cela a déjà été le cas en 2006 pour la RDC. Le gouvernement allemand en est conscient, mais officiellement il ne manifeste pas le moindre enthousiasme à l’idée d’envoyer une troupe au Darfour ou au Tchad, souligne le journal.

Die Welt enfin nous rappelle que le procès pour crimes de guerre de l’ancien président du Libéria, Charles Taylor, débutera lundi, le 4 juin, devant la cour spéciale pour la Sierra Leone, à La Haye. Taylor, précise Die Welt, ne sera jugé que pour des faits en liaison avec la guerre civile en Sierra Leone. Il aurait donné l’ordre d’y exterminer des villages entiers, de violer, de réduire des enfants soldats en esclavage. Mais souligne le journal, les preuves juridiques seront difficiles à apporter. Les témoins sont rares. Les seuls qui auraient pu témoigner de façon détaillée sont morts. Foday Sankoh, qui dirigeait les rebelles du RUF, est mort en détention préventive. D’autres ont mystérieusement disparu.

  • Date 01.06.2007
  • Auteur Marie-Ange Pioerron
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C2j7
  • Date 01.06.2007
  • Auteur Marie-Ange Pioerron
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C2j7
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !