1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Affaire des vols de la CIA

L’ancien gouvernement allemand, à peine remplacé par le nouveau, est impliqué dans une affaire sensible : le passage sur son territoire d’avions de la CIA pour le transport secret de prisonniers soupçonnés de terrorisme n’a pu se faire à son insu. C’est en tous cas l’opinion générale dans la presse allemande ce matin. Laquelle s’intéresse par ailleurs à la réunion de la CDU consacrée au score désastreux du parti lors des dernières législatives. Yann Durand

Base américaine de Ramstein en Allemagne

Base américaine de Ramstein en Allemagne

"L’affaire de la CIA atteint Berlin" peut-on lire à la Une du quotidien Die Welt qui estime que Washington n’est plus en 1ere ligne, au détriment de l’ancien ministre de l’intérieur. Otto Schily aurait été mis au courant de l’enlèvement par erreur d’un ressortissant allemand d’origine libanaise par les services secrets américains.

Si la Süddeutsche Zeitung estime que l’Allemagne a fait trop de concession à son allié outre-Atlantique dans la lutte anti-terroriste qualifiant le gouvernement de Gerhard Schröder de trop silencieux, la Franfurter Allgemeine Zeitung se veut moins euphémique. Selon elle il est absurde de s’imaginer que les européens n’aient eu aucune idée de l’utilisation de leurs espaces aériens et de leurs aéroports par des centaines d’avions de la CIA.

Comme souvent la prime de l’ironie va à la Tageszeitung de Berlin qui titre en Une : Le gouvernement annonce : éléments sur l’affaire CIA. Juste en dessous une photo montre trois singes, l’un se masquant les yeux, l’autre se bouchant les oreilles et le troisième se cachant la bouche. Berlin se tait, n’écoute pas la radio et ne lis pas les journaux dénonce le journal.

La CDU à l’issue de sa réunion hier s’est décidé à réviser son programme de fond après avoir constaté un manque de confiance de la population vis-à-vis du parti, et de la politique en général.

L’Union a échoué avec son concept de campagne électorale lors des législatives. On peut résumer aussi prosaїquement l’analyse, affirme le quotidien Die Welt, à propos de laquelle les dirigeants chrétien-démocrates ont discuté des heures durant.

Même son de cloche de la Süddeutsche Zeitung qui va même jusqu'à parler de vérité partielle, voyant dans le consensus au sein de la CDU la volonté d’éluder la vrai cause du plus mauvais score du parti depuis 1949 : La candidate Angela Merkel était pour beaucoup d’électeurs une raison de ne pas voter CDU.

Mettre la quasi défaite exclusivement au compte de la Chancelière serait une erreur, minimise en revanche la Franfurter Rundschau. Toute la direction y compris la CSU a cautionné le concept : annoncer en amont l’augmentation de la TVA, baser la campagne sur les arguments au détriment de l’émotion, mettre économie et finance au 1er plan pour délaisser le social. Et de conclure Angela Merkel est chef de parti et chancelière. Si la prochaine fois la quasi défaite devait être complète alors elle en serait la seule responsable.

  • Date 06.12.2005
  • Auteur Yann Durand
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C71U
  • Date 06.12.2005
  • Auteur Yann Durand
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C71U
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !