1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Europe

Adieu drapeau européen, bonjour traité modificatif

Faut-il se réjouir ou au contraire s’affliger du spectacle et des résultats du récent sommet européenn de Bruxelles? Question de point de vue … Jo Leinen, Président de la commission Affaires institutionnelles du Parlement Européen, nous donne sa lecture de cet événement. Tandis que les responsables politiques se félicitent, la presse européenne, elle, n’est pas tendre…L’Europe a évité l’échec, mais à quel prix!

Le drapeau européen ainsi que l'hymne disparaissent avec le traité modificatif

Le drapeau européen ainsi que l'hymne disparaissent avec le traité modificatif

Tandis que les responsables politiques se félicitent, la presse européenne, elle, n’est pas tendre…L’Europe a évité l’échec, mais à quel prix! La revue de presse d'Hélène Rançon est à retrouver dans le kiosque de Carrefour Europe.

Unité européenne?

« Nous ne sommes pas passés loin de la rupture » a conclu le Président Sarkozy au lendemain de l’accord des 27 sur un nouveau traité pour l’Europe à Bruxelles les 21 et 22 juin dernier… « Ca n’a pas été facile, ca a duré longtemps » a de son côté reconnu la chancelière allemande Angela Merkel. Bref, des négociations épiques, face à l’opposition obstinée de la Pologne et du Royaume Uni, pour aboutir à un projet pour un Traité simplifié appelé « Traité modificatif ». Le mot de Constitution a disparu, de même que le drapeau ou l’hymne européen … Alors peut-on tout de même se réjouir ?

Elisabeth Cadot a interviewé pour nous Jo Leinen, eurodéputé à la tête de la commission Affaires institutionnelles du Parlement européen.Selon lui, on peut effectivement se réjouir de ce nouveau traité car il représente pour l'Europe et ses habitants un gage d'efficacité et de démocratie. Ce nouveau reprèsente également, malgré la fragilité de l'unité européenne, une base solide pour une construction commune aux 27.

Le train de l’Europe est donc reparti, mais à petite vitesse et sans grande ambition. Les âpres négociations avec la Pologne et la Grande Bretagne ont laissé un goût amer à ceux qui, comme Romano Prodi, ont de réelles ambitions pour l’Europe de demain. Et la presse européenne dans son ensemble n’est guère élogieuse pour le résultat obtenu.

L'Europe en orbite

Galileo, ce sont 30 satellites en orbite à 24 000 km de la terre. Un système de navigation satellite ambitieux, un beau projet européen qui devrait voir le jour à l’automne. Reste à en assurer le financement...

La survie du système européen de navigation par satellite Galileo n’est toujours pas assurée. Il manque en effet 2,4 milliards d’euros pour financer le projet et les Etats membres ne sont pas parvenu à se mettre d’accord sur qui, de l’Union européenne ou des Etats, va payer la facture. La semaine dernière, le Parlement européen a plaidé pour sa part pour un financement intégral sur le budget de l’Union. Mais la décision ne sera pas prise avant l’automne.