1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Action contre la précarité à Johannesburg

Le 16 octobre, c'est la journée mondiale de l'alimentation. Gros plan sur la coopérative agricole Moepa Thutse, créée en 2007 en Afrique du Sud par une dizaine de femmes. Elles ont créé de nombreux emplois.

La coopérative fournit la ville en viande de porc et en légumes. Outre cela, elle lutte contre le manque d'emplois. Au lieu de se préparer à jouir de leur retraite, les dix femmes, propriétaires terriennes depuis les années 90, passent toute leur journée à la ferme. La cinquante passée, ces dernières possèdent l'une des coopératives agricoles les plus en vue de la région de Johannesburg depuis 2007. Et c'est avec fierté que la présidente de la coopérative, Prisca Kgasoe, parle de leurs débuts :

« Nous avons toutes eu des difficultés lors de nos différentes initiatives, mais elles n'étaient pas comparables à la création de la coopérative. Nous avons rencontré des fournisseurs, négocié des rabais, nous nous sommes rendues sur le marché pour négocier la vente de nos produits. C'est ce que nous avons réellement fait pour développer la coopérative. »

Südafrika Markt in Soweto

Un marché de Soweto, dans la banlieue de Johannesburg

Des dons aux écoles et aux hôpitaux

Cinq ans plus tard, ces femmes rencontrent d'autres défis, par exemple avec les porcelets. Leslie Mohlabi, l'un des employés de la coopérative :

« Nous avons besoin de radiateurs électriques afin qu'après la tétée, les plus jeunes s'éloignent de leurs mères et se trouvent un endroit où ils peuvent être au chaud. »

Les défis que rencontrent les femmes de la coopérative sont loin de les dissuader de continuer leur travail. La présidente de la coopérative, Prisca Kgasoe, affirme qu'elles sont très heureuses de voir que la coopérative ravitaille les banlieues pauvres de Johannesburg en légumes. Mieux, la coopérative fait parfois des dons à des écoles et à des hopitaux. Outre ces activités caritatives, une autre chose rend Prisca Kgasoe encore plus fière :

« Nous nous sentons bien et nous souhaitons employer plus de personnes. Dans chaque ferme, nous avons deux employés permanents, et quelque fois nous avons des employés occasionnels qui aident à cultiver, à planter les semis, et puis au moment de désherber, nous faisons encore appel aux occasionnels. »

À partir de l'an prochain, la coopérative veut rivaliser avec les agriculteurs commerciaux établis dans la région. Elle veut gagner plus d'argent. Cet argent, pense la responsable de la coopérative, pourrait leur assurer une retraite décente lorsqu'elles auront quitté l'agriculture.

Archives

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !