1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Archives

Accord historique sur le nucléaire iranien

Après d'intenses négociations à Genève, Téhéran et les grandes puissances sont parvenus à un accord qui limite l'enrichissement d'uranium en échange d'un allègement des sanctions. Un accord qualifié d'"historique".

L'accord entre l'Iran, d'un côté, et l'Allemagne, la Chine, les Etats-Unis, la France, le Royaume-Uni et la Russie, de l'autre, a été salué à la fois par le président américain Barack Obama et par le Guide suprême de la Révolution iranienne, l'Ayatollah Ali Khamenei.

Selon les Etats-Unis, l'accord suspend les volets les plus controversés du programme atomique de l'Iran et notamment le réacteur à eau lourde d'Arak. Le compromis prévoit aussi l'arrêt de l'enrichissement d'uranium au-dessus de 5%, la neutralisation des réserves enrichies à 20% ainsi que des inspections de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

L'allègement des sanctions

En échange, les six grandes puissances s'engagent à ne pas imposer de nouvelles sanctions au cours des six prochains mois. L'allégement des restrictions existantes va permettre à Téhéran d'accéder à 1,5 milliard de dollars de revenus liés au commerce de l'or et des métaux précieux. Certaines sanctions pourraient également être suspendues dans le secteur automobile. Les exportations de produits pétrochimiques iraniens pourraient redémarrer.

Cet accord historique qui pourrait mettre fin à dix ans de crise entre Téhéran et les grandes puissances suscite la colère du gouvernement israélien. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré ce dimanche que l'accord de Genève était une "erreur historique".

La rédaction vous recommande