1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Abdoulaye Diop à Berlin

Abdoulaye Diop, le chef de la diplomatie malienne en visite à Berlin - une première depuis qu'il est en poste. Avec son homologue allemand, Frank-Walter Steinmeier, il a évoqué notamment l'avenir de l'accord de paix.

Abdoulaye Diop, ministre malien des Affaires étrangères a négocié l'accord de paix avec les groupes rebelles

Abdoulaye Diop, ministre malien des Affaires étrangères a négocié l'accord de paix avec les groupes rebelles

S'exprimant à l'issue de leur rencontre lors d'une conférence de presse conjointe, Abdoulaye Diop et Frank-Walter Steinmeier ont rappelé les liens forts et anciens qui unissent l'Allemagne et le Mali. Tous les deux se sont exprimés en faveur d'un renforcement de la coopération entre Berlin et Bamako. Objectif : concrétiser l'accord de paix signé, il y a quelques mois déjà, entre Bamako et la rébellion armée du nord. "Depuis la signature de l'accord, a déclaré Abdoulaye Diop, son application est difficile, mouvementée parce que les groupes terroristes, que nous devons continuer à combattre, font tout pour faire dérailler le processus. Mais ça n'a pas marché parce que le peuple malien a décidé de rester dans le cadre de la paix."

Le ministre allemand des Affaires étrangères Frank Walter Steinmeier a de son côté assuré son homologue du soutien de l'Allemagne à la concrétisation de l'accord de paix. Il a insisté sur le fait que cet accord ne devait effectivement pas seulement être un bout de papier mais bien une réalité, dont les avantages doivent être perceptibles pour les Maliens. Il est par ailleurs revenu sur les affirmations dévoilées par la Süddeutsche Zeitung. Le quotidien allemand affirme dans son édition du jour que l'Allemagne envisage de renforcer son engagement auprès de la Minusma, la Mission de l'Onu dans le nord du Mali. Frank-Walter Steinmeier a confirmé prudemment l'information : "Nous n'avons pas encore pris de décisions sur le sujet, ici en Allemagne. Mais le ministère de la Défense et le ministère des Affaires étrangères discutent en ce moment d'un possible renforcement du soutien allemand au Mali. J'espère que le processus va avancer. Et je promets que nous allons, avec nos moyens, continuer à le soutenir".

Pour l'heure, l'Allemagne n'a fourni que neuf militaires à la Minusma, l'une des missions les plus dangereuses des Casques bleus. Le mandat actuel prévoit un plafond de 150 soldats engagés dans la force de l'Onu. Rappelons enfin que Berlin contribue aussi à la mission européenne de formation des soldats maliens, dans le sud du pays, avec 200 soldats.

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !